Vous êtes ici : Accueil > Bilan 2010 > Bilan scientifique : Civilisations

Bilan scientifique : Civilisations

BILAN SCIENTIFIQUE

Axe Civilisations : « Civilisations et sociétés »

L’axe civilisation s’est réorganisé en deux équipes, « Monde anglophone contemporain » et « Mosaïques », la partie hispanique s’étant rattachée à l’axe « Littératures ».

Unité de recherche Babel (EA 2649) : responsable Monique Léonard    Quadriennal 2012-2015

Axes de recherches :
Langage (dir. : D. O’Kelly)
Littératures (dir. : M.  Sagaert)
Civilisations (dir. : G. Leydier)


Axe de recherche

Équipes internes

et responsables

Projets développés

et membres de l’équipe

Civilisations :

Civilisations

et

Sociétés

(dir. Gilles Leydier)

(21 membres)

Monde anglophone contemporain

(Mac Babel)

Gilles Leydier

(11 membres)

La démocratie à l’anglo-saxonne

(Aurélie Baudry, Michel Darribehaude, Gilles Leydier, Pierre-François Peirano*, Christiane Saint-Jean-Paulin, Karine Tournier-Sol, Michel Van der Yeught*)

L’enjeu environnemental dans le monde anglophone

(Olivier Gouirand, Hélène Ledouble, Gilles Leydier, Alexia Martin, Patrick Menneteau, Clare Sibley)

Le monde anglophone, la mondialisation et l’Europe

(Frédéric Armao, Michel Darribehaude, David Eckersley*, Gilles Leydier, Pierre-François Peirano*, Christiane Saint-Jean-Paulin, Karine Tournier-Sol, Michel Van der Yeught*)

Mosaïques

Natacha Ordioni

(10 membres)

Altérité et diversité : une approche multidisciplinaire

(Driss Abbassi, Daniel Aranjo, Line Bergery*, Federico Castigliano, Émilie Devriendt, Cindy Doneda, Myriam Jacquemier, Hélène Ledouble, Alessandro Leiduan, André-Alain Morello, Natacha Ordioni, Marie-José Tramuta*)

* : membres extérieurs, associés à l’UR

I. Équipe Mac Babel : « Monde anglophone contemporain »

Composition de l’équipe au 15-06-2010

Gilles Leydier (PR, USTV, responsable de l’équipe), Patrick Menneteau (PR, USTV), Christiane St-Jean-Paulin (MCF HDR, USTV), Michel Darribehaude (MCF, USTV), Olivier Gouirand (MCF, USTV), Hélène Ledouble (MCF, USTV), Alexia Martin (MCF, USTV), Karine Tournier-Sol (MCF, USTV), Frédéric Armao (PRAG docteur, USTV), Aurélie Baudry (ATER doctorante, USTV), Clare Sibley (enseignante doctorante, USTV).

Membres associés : Michel Van der Yeught (MCF HDR, USTV), Pierre-François Peirano (PRAG, USTV), David Eckersley (MCF, Nancy 2).

L’équipe a organisé ses travaux selon trois projets :

I. 1. Organisation d’évènements scientifiques

– Avril 2006 : Le Royaume-Uni face à l’Union européenne : journée de recherches organisée autour de deux communications de Carine BERBERI (Université Montpellier I), Le gouvernement Blair face à l’euro & Karine TOURNIER-SOL (USTV), Le parti conservateur et l’Europe.

– Février 2008 : La dynamique de la dévolution au Royaume-Uni, Colloque international sur deux journées, réunissant une vingtaine de communicants – dont 8 britanniques – et une centaine de participants. Actes du colloque publiés dan le cadre de la revue Babel (n°17, novembre 2008).

– Janvier 2010 : Le débat sur l’abolition de l’esclavage en Grande- Bretagne, journée d’études organisée sur le sujet de civilisation aux concours CAPES/Agrégation, autour de 2 conférences d’Olivette OTELE (Université Paris XIII), L’Abolition de la traite et de l’esclavage britannique : la résistance noire à l’œuvre & d’Antoine MIOCHE (Université Paris III Sorbonne Nouvelle), Intérêt ou idéologie ? Aux origines du débat sur l’abolition en Grande-Bretagne.

I. 2. Séminaires de recherches et conférences ‘Mac Babel’

– Avril 2006 : Conférence-débat de Laurent ROUVEYROL (Université de Nice), Le débat politique télévisé en questions : aspects socio-culturels et discusifs.

– Mai 2006 : Doctoriales : journée d’échanges avec les étudiants doctorants en civilisation du monde anglophone.

– Mai 2006 : Conférence-débat de Matthew GRAVES (Université de Provence), Problématiques de l’espace en civilisation.

– Mai 2007 : Doctoriales : journée d’échanges avec les étudiants doctorants en civilisation du monde anglophone

– Octobre 2008 : Séminaire de recherches  autour d’une communication de Clare SIBLEY(USTV), Introduction à l’écocritique.

– Décembre  2008 : Conférence de David EVANS (Université de. Reims), Leading people in a global environment.

– Décembre  2008 : Conférence de François VERGNIOLLE de CHANTAL (Université de Dijon), L’empire de l’exécutif américain.

– Décembre 2008 : Séminaire de recherches autour d’une communication d’Aurélie BAUDRY (USTV), Classe et culture à Bristol au XIXème siècle : réflexions terminologiques et méthodologiques.

– Janvier 2009 : Séminaire de recherches autour d’une communication de Pierre-François PEIRANO (USTV) L’expédition de Lewis et Clarke : représentations et iconographie.

– Mars 2009 : Séminaire de recherches autour d’une communication d’Alexia MARTIN (USTV), Écologie et nationalisme en Irlande: le cas du nucléaire.

– Mars 2009 : Conférence de Steven GERENCSER  (Université d’Indiana), Corporate Citizens and Democratic Practice.

– Mai 2009 : Séminaire de recherches autour d’une communication de Michel VAN DER YEUGHT (USTV) autour de son ouvrage Une histoire de Wall Street.

Juin 2009 : Séminaire de recherches autour d’une communication de David ECKERSLEY (Université de Nancy/ USTV)  British migration: A place in the Sun: from a mass exodus to « sea, sun and debt ».

Novembre 2009 : Séminaire de recherches autour d’une communication de Michel DARRIBEHAUDE (USTV), The North-South Divide: an Endless Story ?

– Décembre  2009 : Séminaire de recherches autour d’une communication de Gilles LEYDIER  (USTV)

Etre anglais en Ecosse : données démographiques et représentations identitaires.

– Mars 2010 : Séminaire de recherches autour d’une communication de Didier REVEST (Université de Nice), Britishness Revisited.

– Mai 2010 : Conférence de Elaine ROTH  (Université d’Indiana), International Auteurs as the future of cinema.

– Mai 2010 : Séminaire de recherches autour d’une communication de Frédéric ARMAO (USTV)

Worshipping at « The City »: Pagan identity or Catholic resistance ?

I. 3. Accueil d’enseignants-chercheurs étrangers

– Avril 2006 : Les cultural studies et l’univers anglo-saxon : Deux conférences de Joseph CHANEY (senior lecturer, culture et littérature) de l’Université d’Indiana à South Bend, devant les étudiants du master civilisation et les membres de l’équipe de recherches Mac Babel.

– Avril 2007 : accueil pour un mois de Paul Herr (senior lecturer, géographie politique) de l’Université d’Indiana à South Bend. Cycle de six conférences devant les étudiants du master civilisation et les membres de l’équipe de recherches Mac Babel sur le thème  La démocratie américaine : Partis et élections aux Etats-Unis.

– Avril 2007 : accueil pour un mois de Johnathan Nashel (senior lecturer, histoire politique américaine) de l’Université d’Indiana à South Bend. Cycle de six conférences devant les étudiants du master civilisation et les membres de l’équipe de recherches Mac Babel sur le thème  La politique étrangère américaine depuis 1945.

Mai 2009 : accueil pour un mois de Steven GERENSER (associate professor, science politique) de l’Université d’Indiana à South Bend. Cycle de conférences devant les étudiants du master civilisation sur The American Democracy et conférence devant les membres de l’équipe Mac Babel.

– Mai 2010 : accueil pour un mois d’Elaine Roth (senior lecturer, spécialiste du cinéma américain) de l’Université d’Indiana à South Bend. Conférence devant les membres de l’équipe Mac Babel.

I. 4. Publications

4. 1 Revue Babel, Collection « Civilisations », Série « Monde anglophone »

Enjeux contemporains dans le monde anglophone

Sous la direction de Gilles LEYDIER, revue Babel n°14, septembre 2006, 295 pages.

Sommaire :

Gilles LEYDIER, Présentation

Michel TAILLAND, Victoire sur l’Everest, chant du cygne de l’Empire ?

Claire KACZMAREK, « Establishment » et « Disestablishment » en question ou l’état des relations entre la Kirk et la politique britannique : une étude introductive

Marjorie AMIARD, Vers un séparatisme religieux ? L’expansion des écoles de confessions minoritaires en Angleterre

Alexia MARTIN, La question du nucléaire civil: l’Irlande à contre-courant de l’Europe?

Jean-Philippe FONS, Governance, the voluntary sector and the enabling State: lessons from contemporary France and Great Britain

Carine BERBERI, Les gouvernements Blair et l’Euro: « To join or not to join » ?

Karine TOURNIER-SOL, Le parti conservateur et le UK Independence Party depuis 1997

Valérie ANDRE, L’avenir du Conservatisme

Annie THIEC, Les élections législatives du 5 Mai 2005 en Ecosse : enjeux d’un scrutin britannique dans l’Ecosse d’après la dévolution

David HAIGRON, Les spots électoraux britanniques de 2005 : enjeux, stratégies et présence télévisuelle

Laurent ROUVEYROL, A propos de Question-Time : ordre discursif et ordre social en débat

Didier REVEST, Ecosse et pays de Galles: pour une autre approche de la question nationaliste

Michel VAN DER YEUGHT, La langue de spécialité au service de la civilisation en LEA : Wall Street and the Making of America

Christiane SAINT-JEAN-PAULIN, Espaces aériens/espaces américains : du symbole à l’enjeu sécuritaire

Matthew GRAVES, Les problématiques de l’espace en civilisation

La dynamique de la dévolution au Royaume-Uni

Sous la direction de Gilles LEYDIER, revue Babel n°17, novembre 2008, 450 pages.

Sommaire :

Gilles LEYDIER, Le modèle britannique à l’épreuve de la dévolution

David SEAWRIGHT, The Cameron Conundrum: the Union and/or ‘the English Question’?

Michael TATHAM, La dernière nation sans Etat du Royaume? L’épineuse question de la dévolution au pays de la Rose

Sabrina JUILLET-GARZON, Dévolution, identité et autonomie régionales en Angleterre : les cas des Cornouailles et du Nord-est

Timothy WHITTON, La mairie de Londres et la décentralisation du pouvoir : enjeux initiaux et premiers bilans

Philippe BRILLET, Irlande du Nord, une dévolution paradoxalement intégratrice

Gerry HASSAN, Changing Scotland, Differing Scotlands: The future of the union after Devolution

Nathalie DUCLOS Devolution mark II? On devolution as a process

Marie-Odile PITTIN-HEDON, Learn Your Own Way to hold the Map : rôle et place du roman écossais dans le processus de devolution

Edwige CAMP, Les pressions des milieux économiques et financiers sur le processus de dévolution en Ecosse

Annie THIEC, Les partis travailliste et conservateur face à l’Etat britannique: entre idéologie et pragmatisme

Elizabeth GIBSON, La participation du Parlement de Westminster et des assemblées parlementaires infra-étatiques au processus d’élaboration de la loi

Richard WYN JONES, A permanent revolution? Welsh devolution 1997-2007

Moya JONES, Devolution: strengthening Welsh identity?

Stéphanie BORY, La dynamique d’un parti. Plaid Cymru, d’un groupe de pression au parti du pays de Galles

Didier REVEST, Devolution to Scotland and Wales: some justificatory arguments and their limits

Jean-Philippe FONS, Les politiques de territorialisation en Europe: quelle gouvernance locale dans l' »Europe des régions »?

Carmela LETTIERI, L’élargissement de l’autonomie régionale en Italie: les facteurs politiques, culturels et économiques

Karine TOURNIER-SOL, L’Etat britannique entre dévolution et intégration européenne

La place du Royaume-Uni dans le monde depuis 2001

Sous la direction de Karine TOURNIER-SOL, revue Babel n°21, juin 2010.

Sommaire :

Karine TOURNIER-SOL, Introduction

Richard DAVIS, Tony Blair and the Legacy of Winston Churchill’s ‘Three Circles’ : Some Historical Perspectives on British Foreign Policy since 2001.

Christopher GIFFORD, The UK Labour government and the European Union: an exercise in Anglo-Europeanisation ?

Guillaume BLAESS, Les pro-européens face à la relation spéciale

Pauline SCHNAPPER, La politique européenne de Tony Blair

Philippe BRILLET, Le « quatrième cercle » ou le miroir irlandais du Royaume-Uni

Nathalie DUCLOS, La relation spéciale vue d’Ecosse, du 11 septembre 2001 à l' »affaire Megrahi »

Vincent LATOUR & Catherine PUZZO, L’impact du 11 septembre au Royaume-Uni : déclencheur du durcissement des politiques d’immigration et d’intégration ou simple prétexte ?

Karine TOURNIER-SOL, La vision internationale du parti conservateur

George FOURNIER, Les représentations du Royaume-Uni de l’après 11 septembre

Michael TATHAM, The evolution of the UK political system in the first decade of the new millennium: comparative and temporal perspectives

4. 2 Revue semestrielle L’Observatoire de la société britannique ((http://observatoire.univ-tln.fr)

Numéros parus :

– La Grande-Bretagne entre modèle américain et social-libéralisme sous la direction de Gilles LEYDIER et Jean-Paul REVAUGER. N°1, janvier 2006, 280 pages.

– Les politiques de retour à l’emploi en France et en Grande-Bretagne sous la direction de Jean-Paul REVAUGER. N°2, juin 2006,  240 pages.

– Les années Blair  sous la direction de Valérie AUDA-ANDRE. N°3, février 2007, 290 pages.

– Le parti conservateur britannique aujourd’hui sous la direction d’Agnès ALEXANDRE-COLLIER et Bernard d’HELLENCOURT. N°4, juin 2007, 180 pages.

– Le New Labour et l’identité britannique sous la direction de Timothy WHITTON. N°5, février 2008, 290 pages.

– Les coulisses du pouvoir  sous la direction de Susan TROUVE FINDING. Numéro 6, juin 2008, 245 pages.

– Les années Major 1990-1997 sous la direction de Jean-Philippe FONS. Numéro 7, mars 2009, 366 pages.

– Nouvelle gestion publique et réforme des services publics sous le New Labour, sous la direction d’Anémone KOBER-SMITH, Gilles LEYDIER & Nicholas SOWELS. Numéro 8, janvier 2010, 340 pages.

II. Équipe « Cultures et civilisations italiennes » – « Mosaïques »

L’existence de l’équipe Mosaïques est associée à un contexte spécifique. Celui d’une université de petite taille, où toutes les disciplines ne sont pas représentées au plan des unités de formation et de recherche (UFR) –  les sciences humaines se voyant tout particulièrement mal loties : pas de psychologie, d’histoire, de géographie, de sciences du langage, de sociologie… C’est ainsi qu’un certain nombre de chercheurs – issus de différentes UFR et affiliés à diverses sections du CNU, titulaires et vacataires, rencontrent des difficultés à inscrire leur travail de recherche au sein d’un projet collectif. Le projet « Mosaïques » est fondé sur le principe de transversalité : il vise à fédérer les énergies de chercheurs issues de différentes disciplines en direction d’un but scientifique commun.

De par son affiliation privilégiée (mais non exclusive) aux théories et méthodes des sciences humaines, le projet Mosaïques s’inscrit dans le laboratoire Babel, et plus précisément dans l’un de ses axes – celui de l’étude des Sociétés et Civilisations. C’est à ce titre que des collaborations sont envisagées entre les équipes « Mosaïques » et « Monde anglophone contemporain ».

Si l’ancrage scientifique central du groupe Mosaïques est fondé sur la transversalité, nous verrons plus loin que plusieurs de ses membres privilégient également un axe territorial en inscrivant leurs recherches au sein de l’espace euro-méditerranéen.

Les atouts de la multidisciplinarité

Une discipline est une catégorie de la connaissance scientifique qui reflète une spécialisation du travail. En France, l’organisation disciplinaire est instituée au XIXe et se renforce au XXe siècle.

Même si une certaine spécialisation s’impose avec l’accroissement des savoirs, elle ne doit pas aboutir au cloisonnement. C’est ainsi que l’histoire des sciences est à la fois celle de la multiplication des disciplines et celle de la transgression des frontières disciplinaires.  Par exemple, la notion d’information émerge du terrain social pour migrer vers la biologie en passant par le droit – pour donner naissance à la notion de code génétique.

Dans certains cas, l’hybridation donne même naissance à de véritables courants – l’École des Annales voit le jour de la rencontre entre économistes, sociologues historiens, anthropologues. L’école de Palo Alto naît des travaux collectifs de linguistes, sémioticiens, psychologues, sociologues. La science écologique est elle aussi la résultante d’une série d’approches issues de champs aussi variés que la géographie, la biologie, la zoologie, la botanique, la géologie, la sociologie… Il est donc fécond de briser l’isolement des disciplines. Plusieurs niveaux d’interaction peuvent être distingués.

Multidisciplinarité et interdisciplinarité

La rencontre entre différentes disciplines peut s’apparenter à une simple collaboration. Il s’agit  alors d’une division du travail qui ne modifie pas la vision des choses de chacun et qui peut produire un morcellement de l’objet d’études si elle conduit à la simple juxtaposition entre des discours étanches.

L’approche interdisciplinaire relève d’une autre dimension collective, puisqu’elle vise à élaborer des concepts qui seront traduits dans un langage unique. Ici l’échange de connaissances conduit à un enrichissement mutuel. Il s’agit de valoriser l’interdépendance des données recueillies tout en faisant l’hypothèse de l’existence d’une frontière à ne pas franchir en vue de garantir l’autonomie conceptuelle et la cohérence globale de chaque discipline.

Le palier ultime de l’interaction entre disciplines est la transdisciplinarité. Il ne s’agit plus seulement ici d’envisager une question à la lumière de plusieurs approches, mais de viser à leur intégration en direction d’une unité des savoirs qui réside dans un échange entre les objets et les méthodes des différentes sciences.

L’approche du groupe Mosaïques se veut pluridisciplinaire au plan des méthodes et interdisciplinaire au plan des objets. Au-delà de son approche purement disciplinaire, l’objet étudié se voit construit au sein d’une problématique collective qui détermine un champ de questionnement commun.

Les journées d’étude Mosaïques, qui se déroulent une fois par an, sont l’occasion de rendre visibles les résultats obtenus au travers de cette approche.

Journées d’étude 2010

Équipe Mosaïques (BABEL, USTV)

Altérité et diversité : une approche multidisciplinaire

Dans un contexte de globalisation, caractérisé par un double procès d’homogénéisation et d’engendrement de nouvelles différences culturelles, une interrogation centrale est celle de la façon dont les sociétés définissent et re/construisent leurs relations à l’Autre. L’histoire nous apprend que l’une des attitudes les plus anciennes s’incarne dans l’ethnocentrisme, qui consiste à rejeter hors de l’humanité les formes culturelles éloignées des nôtres (Lévi-Strauss, 1962). L’objectif est d’analyser comment les différentes figures, manifestations et représentations de l’altérité s’articulent avec le thème du vivre ensemble et la question du lien social. Le concept de diversité s’incarne aussi au plan méthodologique puisque la démarche adoptée s’attache à privilégier l’interdisciplinarité dans une perspective complémentariste (Devereux, 1985). Il s’agit de valoriser l’interdépendance des données recueillies tout en faisant l’hypothèse de l’existence d’une frontière à ne pas franchir en vue de garantir l’autonomie conceptuelle et la cohérence globale de chaque discipline.

Plusieurs voies sont ouvertes à l’investigation et les communications porteront sur :

1) Les définitions et représentations de l’altérité et de ses figures dans la littérature, le théâtre, l’art et le langage. (5 interventions)

– « Diversité, altérité et identité nationale » Émilie Devriendt (MCF, USTV) se propose d’étudier la formule (Krieg-Planque) identité nationale,  dans une perspective d’analyse linguistique du discours appliquée à un corpus de presse quotidienne nationale (base de données Factiva), de 1999 à 2009. S’appuyant sur le constat qu’il s’agit là du principal mot-clé attesté dans les articles du corpus où se trouvent employés les mots diversité d’une part, altérité d’autre part, E.D. questionne ainsi l’arrière-plan socio-historique et idéologique de ces deux concepts, arrière-plan qu’est à même d’éclairer une analyse linguistique reposant sur la prise en compte de l’« étymologie sociale » des mots (Tournier).

– « Figures de l’altérité et lignes de fractures dans les « Essais » de Montaigne » Myriam Jacquemier (MCF, USTV) confirme sa participation à la journée d’étude au niveau du thème des représentations de l’altérité et de ses figures – à travers une relecture de textes de Montaigne et Rabelais au prisme des réflexions philosophiques de Paul Ricœur et Emmanuel Lévinas.

– « Une analyse linguistique de la diversité des « formules » et « collocations » Hélène Ledouble (MCF, USTV)

« Diversité et altérité dans l’art contemporain » Alessandro Leiduan (ATER USTV, Italien)

Parler de diversité en relation à un univers artistique revient à dire qu’il y a dans l’univers en question des formes artistiques ayant chacune leur propre spécificité, mais n’étant pas nécessairement incompatibles. Dire qu’il y a diversité entre le cubisme et le futurisme, nous renseigne sur la spécificité irréductible de chacun de ces mouvements artistiques, mais ne nous dit pas si les deux mouvements sont incompatibles, à savoir si l’existence de l’un est inconciliable avec l’existence de l’autre. Cette idée est étrangère à la notion de « diversité » : envisager à la lumière de cette notion l’univers de l’art ne nous dit donc pas grand-chose sur les rapports de conflictualité qu’entretiennent les formes qui le composent. C’est seulement lorsqu’on envisage ce même univers à la lumière de la notion d’altérité qu’on peut espérer mieux éclairer cet aspect de la question : l’altérité est le prédicat des choses qui ont une nature incompatible, l’existence de l’une implique la non-existence de l’autre. Envisagé ainsi, l’univers artistique laisse entrevoir tous les rapports de force qui se cachent derrière les divers styles, courants, mouvements qui le composent : il en résulte un univers conflictuel dans lequel certaines formes d’expression artistiques sont en position dominante et d’autres en position subordonnée. La force d’une forme d’expression artistique est fonction des institutions culturelles, politiques ou économiques qui ont le pouvoir de consacrer socialement telle forme artistique plutôt qu’une autre. Pendant longtemps, ce pouvoir de consécration était du ressort exclusif d’institutions culturelles : salons, cercles littéraires, universités, etc. A vrai dire, il ne s’agissait jamais d’institutions uniquement culturelles : les sujets qui les représentaient étaient tous associés à un pouvoir politique ou économique (P. Bourdieu, Les règles de l’art). Mais c’est une chose qu’on a tendance à oublier : l’ingérence de la politique et de l’économie dans les affaires artistiques ne semble évidente que depuis le début du XIXe siècle, surtout parce que les proportions du phénomène sont devenues immenses (l’émergence du « kitsch »). On parle alors d’art de masse : un art dans lequel beaucoup ne voient que l’expression d’une stratégie commerciale réduisant littérature, musique et peinture à de véritables marchandises. Quel que soit le discrédit que ce type de production artistique possède devant des gens de lettres, il reste qu’il s’agit bel et bien du modèle artistique dominant. Quelles sont les œuvres d’art qui échappent au modèle hégémonique de l’art de masse ? Quels sont leurs caractéristiques ? Quels sont leurs modèles historiques ? Telles sont les questions incontournables auxquelles il convient de répondre quand on a choisi d’étudier l’univers artistique contemporain à l’aune de la notion d’« altérité ».

– « Lévi-Strauss, de l’anthropologie à l’esthétique » Alain Morello (MCF, USTV) s’inscrit dans une réflexion sur la transdisciplinarité. Le structuralisme de LS est né, comme on le sait, d’une diagonalité fondatrice, dans la mesure où il procède de l’application à l’anthropologie d’un modèle linguistique (celui de Saussure). Or, l’anthropologie de LS en vient à croiser la réflexion esthétique (par exemple dans la Voie des masques). LS revient, dans certains de ses textes, à l’art, à l’oeuvre. Doit-on découvrir une « esthétique sauvage » chez l’auteur de La Pensée sauvage?

2) L’histoire des représentations de l’altérité, en particulier celles associées à des périodes « critiques » (esclavage, conflits, guerres, colonisation…) (2 interventions)

– « Le référent méditerranéen dans les constructions identitaires du Maghreb colonial et postcolonial : frontière d’altérité et/ou paradigme de diversité ? » Driss Abbassi (Vacataire USTV, Docteur en histoire, Qualifié MCF) s’intéresse à l’unité et à la diversité des formes culturelles, en particulier au niveau de l’identité méditerranéenne (et plus particulièrement tunisienne). Il interroge la question des identités nationales à l’épreuve de la diversité culturelle.

– « Altérité et diversité dans l’Antiquité gréco-latine ; quelques repères » Daniel Aranjo (MCF, USTV) s’attache à l’étude du stéréotype dans une perspective comparative. Il se propose de réaliser une étude des différentes conceptions du Barbare dans l’Antiquité.

3) Les concepts et formes institutionnelles de l’altérité : citoyenneté, théories du lien social et de l’ethnicité, ethnocentrisme, androcentrisme (1 intervention)

« L’androcentrisme dans un régime préconisant l’égalité sociale des sexes » Natacha Ordioni (MCF USTV, Sociologie) porte son attention sur un terrain méconnu de l’ethnocentrisme : celui de l’androcentrisme  – l’analyse des relations entre les sexes révèle que les femmes représentent le négatif et sont définies par rapport aux hommes comme « l’autre ». Après avoir défini le concept d’androcentrisme et ses différentes formes, elle montre comment ce parti-pris constitue un biais théorique et idéologique mais aussi un instrument central de la reproduction de l’ordre de genre.

4) La gestion moderne de la diversité : management de la diversité, politiques de la diversité (2 interventions)

– Line Bergery (MCF HDR USTV, Sciences de gestion) et Corinne Van Der Yeught (Vacataire USTV,  Agrégée, Sciences de gestion)  se proposent, dans un premier temps, de retracer un historique rapide des sciences de gestion et de préciser quelques éléments sur l’épistémologie de ces sciences jeunes dont l’objet d’étude initial, l’entreprise, peut être analysé comme un artefact de phénomènes collectifs plus larges (Hatchuel, 2000). Une conception des sciences de gestion comme « sciences de l’action collective » conduit à une évolution épistémologique dans laquelle le positivisme cède du terrain au constructivisme, aujourd’hui reconnu dans le monde académique.

Puis, dans un second temps, nous examinerons un domaine d’étude émergent qui commence à se constituer en discipline organisée : le management de la diversité. Trois étapes ont marqué l’évolution de ce champ : (1) la lutte contre les discriminations, (2) la promotion de l’égalité des chances, (3) la valorisation des différences, actuellement au cœur des préoccupations managériales pour plusieurs raisons que nous expliciterons.

En mettant l’accent sur les interconnexions entre les individus et le collectif, le management de la diversité illustre une tendance récente des sciences de gestion qui, désormais, accordent aux aspects qualitatifs une meilleure reconnaissance.

Déroulement des journées d’étude

L’exposé des différentes recherches sera suivi d’une table ronde visant à dégager une synthèse des travaux qui sera rendue visible à travers une publication dans la revue Babel.

Des chercheurs extérieurs à l’USTV ont également été sollicités en vue de participer à ce travail en vue de renforcer le caractère interdisciplinaire de l’équipe.

AXE LANGAGE : LANGAGE ET SÉMIOLOGIE (BILAN)

AXE LITTÉRATURES : IMAGINAIRES ET GENÈSES LITTÉRAIRES (BILAN)

Retour à la présentation de l’unité

Copyright © 2010-2012 Laboratoire Babel. Tous droits réservés.
Réalisé avec WordPress.