Vous êtes ici : Accueil > Bilan 2010 > Bilan scientifique : Langage

Bilan scientifique : Langage

BILAN SCIENTIFIQUE

Axe Langage : « Langue et sémiologie »

Depuis 2006, deux équipes ont mené leurs travaux sur le fonctionnement du langage et sur l’écriture mimétique. L’équipe ÉRIS a orienté une partie de son activité vers le domaine euro-méditerranéen, tandis que l’équipe antérieure Écriture mimétique a poursuivi son activité tout en se rattachant à ÉRIS. L’équipe « Études de langue et Éditions de textes » a fusionné avec l’équipe ÉRIS et n’apparaît donc plus dans le tableau récapitulatif. Une nouvelle équipe de « Sémantique lexicale et discursive » est en train d’émerger.

Unité de recherche Babel (EA 2649) : responsable Monique Léonard    Quadriennal 2012-2015

Axes de recherches :
Langage (dir. : D. O’Kelly)

Littératures (dir. : M.  Sagaert)
Civilisations (dir. : G. Leydier)


Axe de recherche

Équipes internes

et responsables

Projets développés

et membres de l’équipe

Langage:

Langue

et

Sémiologie

(dir. Dairine O’Kelly)

(16 membres)

ÉRIS

(Équipe de Recherche

Interdisciplinaire

en Sémiologie)

Dairine O’Kelly

(15 membres)

Représentation et expression du temps :

Mode et modalités dans les langues de l’espace euro-méditerranéen

(Yves Bardière, Abdelmajid Babakhouya, Christophe Bruno, Emilie Devriendt, André Joly, Aurélien Largeau, Monique Léonard, Xavier Leroux, Michèle Monte, Dairine O’Kelly, Marjorie Sabbatorsi, Luciana Soliman Axelle Vatrican, Damien Villers)

Écriture mimétique – Le mimétisme langagier :

Poétique des genres, méthodologie du comparatisme stylistique et problèmes de la récriture littéraire (pastiche, parodie, plagiat, questions de style et d’énonciation)

(Daniel Bilous, Stéphanie Baldissar*, Julie Camusso*, Amandine Cyprès, François Péchin*)

Sémantique lexicale

et discursive

Émilie Devriendt

(équipe émergente)

(5 membres)

Le lexique de l’environnement : approches contrastives (français, anglais, espagnol)

Évolutions du lexique de l’environnement en fonction de la diachronie, des genres (discours scientifique, discours politique, médias), et des situations historico-politiques

(Emilie Devriendt, Olivier Gouirand, Hélène Ledouble, Michèle Monte, Axelle Vatrican)

*membres extérieurs associés à l’Unité de Recherche

I. L’équipe ÉRIS

L’équipe ÉRIS s’était fixé pour objectif en 2006 de travailler sur le thème de la « Représentation et expression du temps : perspectives historique, contrastive et textuelle ».

La dominante euro-méditerranéenne a été introduite dans le colloque « Mode et modalité dans les langues de l’espace euro-méditerranéen », organisé au Palais Neptune de Toulon par Dairine O’Kelly, 2èmes Journées scientifiques, les 8-9 novembre 2007. Les actes du colloque ont été publiés dans la revue Modèles linguistiques.

La revue internationale de l’équipe qui publie deux numéros par an a édité en particulier en 2008 son catalogue récapitulant 30 ans de publications (http://babel.univ-tln.fr/Catalogue%20final.pdf).

1. Projet « Modes et modalités »

L’année universitaire 2006-2007 (jusqu’au printemps) a été consacrée à la préparation d’un colloque international sur le thème « Représentation et expression du temps : mode(s) et modalité(s) dans les langues de l’espace euro-méditerranéen » qui a eu lieu les 8-9 novembre 2007 dans le cadre des Journées Neptune (voir Programme ci-après). En raison d’un retard strictement conjoncturel, les Actes seront publiés dans le volume 62 de la revue Modèles linguistiques à l’automne de 2010.

La préparation de ce colloque a mobilisé non seulement les enseignants de l’UFR (tous départements confondus), mais aussi les doctorants et les étudiants de Master 2. Elle a donné lieu, pour cette période, à 9 réunions d’environ deux heures chacune. À chaque réunion a été présenté un exposé (parfois deux) lié au thème du colloque. Les jeunes chercheurs et les étudiants ont participé activement en présentant, sous la forme de brefs exposés, le résultat de recherches ponctuelles, soit sur des textes d’un corpus, soit sur l’histoire de la modalité dans les grammaires, de l’époque classique (XVIIe s.) à nos jours. Deux étudiantes de Master (Claire Carlut et Caroline Noble) devaient d’ailleurs présenter au colloque une communication sur « Mode et modalité dans les grammaires françaises du XIXe siècle ». On en trouvera le texte dans les Actes.

Quelques intervenants extérieurs ont prêté leur concours à la préparation de cette rencontre. Par ordre chronologique, la première réunion s’est faite autour d’un exposé-programme d’A. Joly (Pr émérite Paris IV-Sorbonne, membre de Babel) sur « Mode et modalité à l’époque classique (1660-1815) en France et en Angleterre ». Dans la suite historique (le XIXe s. étant traité par deux étudiantes, v. supra), J.-C. Chevalier (francisant, Université de Paris 8 ) a parlé de l’analyse du verbe en France dans la première moitié du siècle dernier (de Bréal 1899, à Bally 1932). Lui a succédé son parfait homonyme, J.-C. Chevalier (hispaniste, Paris IV-Sorbonne) qui a exposé ses idées sur la traduction en général et sur la traduction de l’espagnol en particulier.

2. Projet « L’écriture mimétique »

Cette opération a été dirigée par D. Bilous (USTV) qui, sur le même principe que ci-dessus, a réuni des étudiants de Master pour la préparation d’un colloque qui a eu lieu en novembre 2008 dans le cadre des Journées Neptune. Des intervenants extérieurs (FNRS-ULB Belgique, Paris-Ouest) ont participé à la préparation du colloque dont les Actes (première partie) ont été publiés dans Modèles linguistiques (tome XXX, vol. 60, 2009). Voir Sommaire joint ci-après.

(voir plus loin la présentation détaillée du projet « Écriture mimétique »).

3. Publication de Modèles linguistiques

Revue semestrielle publiée sous l’égide de Babel. Voir Catalogue « 30 années de publications » (1979-2008) http://babel.univ-tln.fr/Catalogue%20final.pdf

2006 (tome XXVII, vol. 53) : La préposition en français (I) et Un siècle de linguistique en France (suite) : Philologie et linguistique diachronique (domaine anglais)

2006 (tome XXVII, vol. 54) : La préposition en français (II)

2007 (tome XXVIII, vol. 55) : La préposition en français (III) : prépositions et locutions prépositionnelles

2007 (tome XXVIII, vol. 56) : Les pronoms (I)

2008 (tome XXIX, vol. 57) : Les pronoms (II)

2008 (tome XXIX, vol. 58) : Pratiques de la rhétorique, de l’Antiquité au XVIIIe siècle

2009 (tome XXX, vol. 59) : La génétique du texte

2009 (tome XXX, vol. 60) : L’écriture mimétique (I)

À paraître incessamment :

2010 (tome XXXI, vol. 61) : L’écriture mimétique (II)

2010 (tome XXXI, vol. 62) : Mode(s) et modalité(s) dans les langues de l’espace euro-méditerranéen.

4. Thèses

En cours :

1. Abdelmajid Babakhouya

2. Christophe Bruno

3. Matthieu Combaz

4. Christiane Journet

5. Aurélien Largeau

6. Marjorie Sabbatorsi

7. Donia Sfaxi

Soutenues :

Yves Bardière : « La traduction du passé en anglais et en français : de l’aspect au temps », novembre 2007

Damien Villers : « Le proverbe et les genres connexes » : 10 juin 2010

II. Projet « Écriture mimétique »

Daniel Bilous continue d’approfondir la question du mimétisme langagier qui englobe la poétique des genres, la méthodologie du comparatisme stylistique et plus largement les problèmes de la récriture littéraire (pastiche, parodie, plagiat, questions de style et d’énonciation).

Le Colloque international “Sur la frontière”, qui s’était tenu en 2003 à Aachen (Aix-la-Chapelle, Allemagne) avait réuni, autour des questions de la parodie et du pastiche, les chercheurs Marc Bénabou (secrétaire de l’Oulipo), Jean-François Jeandillou (Université Paris X), Paul Aron (Université de Bruxelles), Paul Staunder (Université d’Aachen), Sjepf Houppermans (Université de Leyde), Daniel Sangsue (Université de Neuchâtel), Jacques Espandon (libraire spécialisé dans les recueils de parodies et de pastiches) et Daniel Bilous, (Université du Sud Toulon-Var). Les Actes de leurs réunions de travail ont été publiés en 2004 : Du pastiche, de la parodie et de quelques notions connexes, Neuf études réunies et présentées par Paul Aron (Ed. Nota Bene, Québec 2004), p. 103-136. De ces travaux a émergé l’idée d’une recherche collective sur la question du mimétisme langagier : partages typologiques, de généricité, de l’histoire du travestissement et de la parodie, de Nodier à l’Oulipo et après (la post-modernité).

A l’initiative de Daniel Bilous, s’est donc constitué un groupe de travail intitulé “ Société Internationale de Mimologie Littéraire” (SIMILIT) constitué des chercheurs précédemment cités et naturellement ouvert aux étudiants qui travaillent sur les mêmes sujets :

– Daniel Bilous anime un an sur deux un séminaire de Master sur le thème de la parodie et du pastiche.

Dans cette optique d’une approche formelle du style, il dirige trois thèses :

1) Les récritures de l’œuvre de Victor Hugo, poétique, stylistique, critique (F. Pechin) ;

2) La poétique de la poésie chez Tristan Derème, un poète fantaisiste adepte de la récriture (A. Cyprès) ;

3) Le cinéma poétique, qui pose les problèmes de l’adaptation (Ph. Indorato).

Amandine Cyprès, doctorante, a publié : Dis(ap)paritions : Le Temps retrouvé, de Proust à Ruiz” (Analyse des procédés et plus généralement de la manière largement mimétique dont le cinéaste chilien Raoul Ruiz adapte le dernier volume d’A la recherche du temps perdu), in Babel n°13, 2006, p. 287-318.

En 2008, Daniel Bilous et Pascale Hellégouarc’h (Université de Paris 13, Centre d’Étude sur les Nouvelles Écritures Littéraires [CENEL]) ont organisé un colloque sur « L’écriture mimétique » (13-14 Novembre 2008). Le propos en était le suivant :

Aussi ancien que l’art qu’il vise, le mimétisme accompagne le geste créatif comme son ombre, au point qu’il va presque de soi, comparant les œuvres-modèles et leurs avatars imitatifs, d’opposer la « création », forcément première et, par là, originale, à sa (ou ses) « imitation(s) », forcément secondes et, par là, plus ou moins tenues pour secondaires, sans trop s’aviser que l’on mélange ainsi, et jusqu’à l’amalgame, faits de structure et questions de valeur. En suggérant qu’il est permis de concevoir quelque chose comme une écriture mimétique, le présent colloque entend dépasser un clivage convenu pour interroger les ressorts, les formes et les enjeux de l’imitation, prise au sérieux dans le champ où elle fut, et demeure, aussi largement pratiquée que superbement méconnue : la littérature, et examinée dans ses œuvres les moins implicitement imitatives : les pastiches.

L’on y a abordé la question du pastiche littéraire sous plusieurs angles :

celui de la pratique, et c’est peut-être l’originalité de la rencontre : auteurs de performances ponctuelles ou de recueils, acteurs de revues spécialisées ont été interrogés sur leurs goûts et faire mimétiques, et plus généralement sur leur rapport aux modèles ou aux cibles qu’ils se donnent. Dans ce cadre ont également envisagées, symétriquement, la question de l’écrivain qui se fait pasticheur, et celle du pasticheur devenant — si tant est qu’il ne le soit déjà — un écrivain.

celui de la théorie et de l’histoire littéraire : des spécialistes du genre se sont penchés sur son devenir diachronique et ses aspects sociologiques, et sur les problèmes de son édition ; des linguistes et des poéticiens de la « littérature au second degré », intéressés par la question du (ou plutôt des) style(s) littéraire(s), ont établi quelques critères d’une écriture d’imitation pour mieux la distinguer d’éthos et de pratiques limitrophes ou opposés ; les didacticiens, eux, ont complété ce volet théorique en montrant ce qu’un mimétisme délibéré peut apporter à l’enseignement-apprentissage de la littérature.

celui de l’analyse, enfin : plusieurs pastiches de mêmes auteurs-modèles ont été étudiés au plus près du pastiche des styles, pour dégager de leur comparaison, autant que faire se peut, des styles de pastiche.

Contrats doctoraux

En octobre 2009, Christophe Bruno a obtenu un contrat doctoral (thèse dirigée par Dairine O’Kelly).

Deux contrats doctoraux viennent d’être obtenus en sepembre 20010 par de jeunes doctorants de l’équipe ÉRIS :

– Aurélie Dell’Olio, thèse dirigée par Dairine O’Kelly ;

– Vladimir Schotter, thèse dirigée par Daniel Bilous.

Pièces annexes pour l’Axe Langage : « Langue et sémiologie »

Colloque « Modes et modalités » 8 et 9 novembre 2007

Jeudi 8 novembre

9.00-9.15 : Ouverture — 9.15-10.00 : Jean-Claude CHEVALIER (Paris 8) : Temps et modes au 16e siècle en France — 10.00-10.45 : André JOLY (Paris IV) — Temps, modes et modalités à l’époque classique (France, Angleterre) — 11.00-11.45 Claire CARLUT et Caroline NOBLE (ustv) : Mode et modalité dans les grammaires françaises du 19e siècle — 11.45-12.30 Dairine O’KELLY (ustv) : Modes et modalités, de Bréal (1897) à Bühler (1934) — 14.30-15.15 : Michèle MONTE (ustv) : Modalité, modalisation, modulation : de quelques débats terminologiques récents — 15.15-16.00 : Mario ROSSI (Aix-en-Provence) : L’intonation modale — 16.15 — 17.00 : Hugues de CHANAY & Sylviane RÉMI-GIRAUD (Lyon II) : Les adverbes modalisateurs : syntaxe, énonciation, pragmatique — 17.00 — 17.45 : Emilie DEVRIENDT (ustv) : Marqueurs discursifs et modalité dans l’interaction verbale en français contemporain

Vendredi 9 novembre

9.00 — 9.45 : Fatsiha AOUMER  (Bejaia, Algérie) : “Aller” et “venir” : de la modalisation des verbes de mouvement et de déplacement en berbère (kabyle) — 9.45©≈10.30 : André ROMAN (Lyon II) : Aperçu idéal sur la génération des modalités portées par le verbe arabe — 10.45-11.30 : Hassan HAMZÉ (Lyon II) Les modalités du souhait en arabe — 11.30-12.15 : Jean-Claude CHEVALIER & Marie-France DELPORT (Paris IV) : Le « pouvoir » des traducteurs — 14.30-15.15 : Leandro SCHENA & Luciana SOLIMAN (Modena, Italie) : Bivalence modale dans les complétives régies par des verbes épistémiques : perspective contrastive (italien/ français) — 15.15-16.00 : Axelle VATRICAN (ustv) : La modalité et le conditionnel « de rumeur » en espagnol et en français — 17.00-17.45 : Yves BARDIÈRE (ustv) : Les verbes de perception et leur traduction (anglais/français).

Colloque « L’écriture mimétique » novembre 2008 (voir ci-après).

Actes publiés dans Modèles linguistiques, vol. 60

D. Bilous et P. Hellégouarc’h : L’écriture mimétique — Paul Aron : Le pastiche comme objet d’étude littéraire : quelques réflexions sur l’histoire du genre — Daniel Bilous : La mimécriture : règles de l’art — Jean-François Jeandillou : Écrire en langue imitative — Xavier Gélard : Pourquoi le pastiche est-il encore et toujours vert ? — Xavier Garnerin : Le pastiche entre intuition et analyse — Jean-Paul Bobillot : Les insipides ou comment Rimbaud n’a jamais appris (qu’)à réécrire — François Péchin : Victor Hugo, le pasticheur pastiché — Julie Camusso : Les Pastiches Baudelaire : un florilège vénéneux.

  • L’émergence d’une deuxième équipe « Sémantique lexicale discursive » est présentée dans la partie « projet scientifique de ce dossier.

AXE LITTÉRATURES : IMAGINAIRES ET GENÈSES LITTÉRAIRES (BILAN)

AXE CIVILISATIONS : CIVILISATIONS ET SOCIÉTÉS (BILAN)

Retour à la présentation de l’unité

Copyright © 2010-2012 Laboratoire Babel. Tous droits réservés.
Réalisé avec WordPress.