Vous êtes ici : Accueil > Bilan 2010 > Bilan scientifique : Littératures

Bilan scientifique : Littératures

BILAN SCIENTIFIQUE

Axe Littératures : « Imaginaires et genèses littéraires »

Des chercheurs de différentes disciplines (littérature française, littérature comparée, littérature anglaise, littérature espagnole, littérature latino-américaine, littérature italienne, littérature arabe), couvrant tous les siècles, du Moyen-Âge à nos jours, auxquels s’associent ponctuellement des chercheurs d’autres domaines des sciences humaines et sociales ou des spécialistes de domaines artistiques voisins, mènent une réflexion d’ensemble sur la création littéraire et en particulier sur sa genèse en analysant l’inscription des données imaginaires dans la textualité littéraire et en interrogeant la notion d’espace, pris dans ses différentes acceptions, de l’espace papier à l’espace culturel.

Les trois équipes internes qui avaient été définies en 2006 (« Espaces euro-méditerranéens », « Écritures poétiques – Var et poésie » et « Babel-Montagne ») se sont réorganisées pour rendre plus lisible la dominante euro-méditerranéenne sous ses divers aspects et faire place à de nouvelles recherches émergentes.

–                 1. « Écritures des espaces euro-méditerranéens » constitue désormais une équipe unique dont la dominante est clairement orientée vers la Méditerranée sous différentes formes et qui développe trois projets :

o    « Var : réalités et représentations » (extension de « Var et poésie »)

o    « Monde hispanique : Littératures et cultures du monde hispanique » : réorientation vers l’axe littéraire du projet de l’équipe civilisationiste du quadriennal précédent.

o    « Pourtour méditerranéen et imaginaires culturels » : projet complémentaire du précédent, qui s’ouvre à l’étude des littératures aussi bien vers le Sud (Afrique du nord) que vers l’Est (depuis l’Italie jusqu’à la Méditerranée orientale).

Par ailleurs, deux nouvelles équipes se sont formées :

–                 2. Équipe « Monde médiéval et renaissant », fondamentalement transdisciplinaire, qui s’est constituée progressivement au fil de ces dernières années et qui accorde également une assez large part au domaine euro-méditerranéen ;

–                 3. Équipe « Espaces du livre », qui décline trois projets autour de l’objet « livre » :

o    « Genèses textuelles » ;

o    « Représentations » ;

o    « Acteurs du livre ».

– Enfin, l’équipe « Babel-Montagne » a cessé d’exister en tant que telle pour cause de départs à la retraite.

Unité de recherche Babel (EA 2649) : responsable Monique Léonard    Quadriennal 2012-2015

Axes de recherches :
Langage (dir. : D. O’Kelly)
Littératures (dir. : M.  Sagaert)
Civilisations (dir. : G. Leydier)


Axe de recherche

Équipes internes et responsables Projets développés et membres de l’équipe

Littératures :

Imaginaires

et genèses littéraires

(dir. M. Sagaert)

(29 membres)

Écritures des espaces euro-méditerranéens

Daniel Aranjo

(13 membres)

Var : réalités et représentations

– Var et poésie  (Michèle Gorenc, Michèle Monte, Daniel Aranjo)

– Var et prose (Martine Sagaert, André-Alain Morello)

Monde hispanique : Littératures et cultures du monde hispanique

Espagne : Marie-Stéphane Bourjac, Marie-Thérèse Garcia, Odile Lasserre-Dempure

prolongements et contrastes en Amérique latine : José Garcia – Romeu

Pourtour méditerranéen et imaginaires culturels

(Daniel Aranjo, Federico Castigliano, Marie-Thérèse Garcia, Odile Lasserre-Dempure, Alessandro Leiduan

Patrick Menneteau, André-Alain Morello)

Monde médiéval

et renaissant

Xavier Leroux

(7 membres)

Étude de l’imaginaire médiévo-renaissant des XVème et XVIème siècles

Domaine français : Monique Léonard, Xavier Leroux, André Ughetto

Domaine espagnol : Odile Lasserre-Dempure

Domaine anglais : Sandra Gorgievski

Domaine italien : Alessandro Leiduan

Domaine latin : Jacques-Emmanuel Bernard

Espaces du livre

Martine Sagaert

(12 membres)

Genèses textuelles (Michèle Monte, André-Alain Morello, Martine Sagaert)
Représentations (Michel Dufour, Marie-Thérèse. Garcia, Patrick Hubner, Patrick Menneteau, Martine Sagaert)
Acteurs du livre (Jacques-Emmanuel Bernard, Michèle Gorenc, Marie Dinclaux, Sabine Noël, Martine Sagaert, Jean-Pierre Vosgin)

I. Équipe « Écritures des espaces euro-méditerranéens »

L’équipe « Écriture des espaces euro-méditerranéens » s’est constituée progressivement ces dernières années, au fur et à mesure que les travaux se sont succédés, se sont complétés et que leur complémentarité a pris sens.

Le projet « Var et poésie » date des origines de l’UR et il était aisé et naturel, compte tenu de la situation géographique toulonnaise, de le développer.

Les deux autres projets « Littératures et cultures du monde hispanique » et « Pourtour méditerranéen et imaginaires culturels » n’existaient pas en 2006 et on peut rétrospectivement situer leur origine à cette année-là.

Deux événements marquants ont en effet donné une impulsion forte aux recherches euro-méditerranéennes à l’automne 2006, lorsque quelques hispanistes de l’UR Babel ont pris l’initiative d’organiser un Colloque international « La ville méditerranéenne : entre imaginaire et réalité » et que dans le même temps était organisé par le CDPC un colloque international sur « Le 60ème anniversaire de la République italienne ». Le colloque sur la ville méditerranéenne a su naturellement attirer un grand nombre de collègues espagnols : il est présenté dans le projet « Monde hispanique : Littératures et cultures du monde hispanique » qui s’est formellement défini comme tel en 2009 (voir infra).

L’année suivante, en mars 2007, l’équipe Mosaïques (de l’axe « Civilisations et sociétés ») a organisé un colloque international intitulé « Points de contact entre les cultures hérités du fait colonial » auquel ont participé des Italiens, des Espagnols et des Marocains. En novembre 2007, l’équipe ÉRIS a organisé un colloque « Mode et modalité dans les langues de l’espace euro-méditerranéen », où le français mais aussi l’italien, l’espagnol et l’arabe ont été pris comme objets d’étude.

Dans le même temps, l’UR a invité des enseignants étrangers qui ont systématiquement participé aux cycles de conférences annuels : un Professeur espagnol en 2006, un autre en 2007, un troisième en 2008, auquel il faut ajouter deux collègues marocains, un professeur italien et un professeur espagnol en 2009.

La place grandissante accordée aux espaces euro-méditerranéens s’est trouvée justifiée et soutenue par le projet de création d’une École doctorale de site, projet qui a abouti à l’automne 2008 à la reconnaissance de l’ED n°509 « Civilisations et sociétés euro-méditerranéennes et comparées ». L’habilitation de cette École Doctorale a bien entendu confirmé et renforcé l’orientation euro-méditerranéenne déjà choisie par l’UR.

I. 1.  Projet « Var : réalités et représentations »

1. Var et poésie

Ce projet est développé par Daniel Aranjo (Pr Littérature comparée, Prix de la Critique de l’Académie Française 2003), Michèle Gorenc (Mcf, Littérature française), Michèle Monte (Mcf-HDR, Langue française). Notons également que Daniel Bilous (Pr Littérature française) consacre une partie de son enseignement de master à la poésie.

Ce groupe de travail est associé :

– à d’autres équipes de recherche selon les besoins de ses actions ;

– à des institutions ou organismes nationaux œuvrant dans le champ poétique comme la maison de Poésie, des fondations ou associations d’amis d’auteurs ;

– à des collectivités locales qui assurent la logistique des colloques et des diverses manifestations dans leurs bibliothèques et salles de congrès.

Les trois membres de l’équipe ont beaucoup publié. Leurs travaux de recherche portent sur la poésie des XIXème,-XXème et XXIème siècles et sont articulés autour de la mise en valeur du patrimoine poétique (on pourra consulter le site « Var et poésie » en cours de constitution, site créé par Michèle Gorenc), de la réflexion sur le paysage méditerranéen et la poésie (en relation avec le projet « Pourtour méditerranéen ») et de l’approche linguistique et rhétorique de la poésie, dans le cadre de l’axe « Langage ».

  • Colloques :

– Avril 2009 : La poésie d’André Salmon et l’Art nouveau, colloque international réunissant plus de vingt  grands spécialistes de la poésie du début du XXe siècle. Volet grand public à Sanary, lieu de résidence du poète, en partenariat avec la commune de Sanary.

– 5 Juin 2010 : Jean Aicard en son jardin, participation au colloque international organisé par la Ville de Toulon et par l’association Les Amis de Jean Aicard, dans la Maison-Musée de Jean Aicard à Toulon-La Garde.

  • Ouvrages de la collection Var et poésie :

Jean Malrieu. L’inquiétude et la ferveur, actes du colloque tenu en 2006, réunis par Michèle Monte, 2008.

  • Articles 2008-2010 :

Daniel Aranjo

– Mai 2010, publication d’une partie des communications du colloque « Saint-John Perse, un Prix Nobel à Giens » à la revue persienne La Nouvelle Anabase (L’Harmattan, direction L. Céry), dont une étude de D. Aranjo sur Saint-John Perse et sa gouvernante au quotidien à Giens. Rappelons qu’une autre partie des communications a été publiée en novembre 2007 dans la revue Méthode !.

– Hommage de D. Aranjo à J.-M. Tixier, revue Europe n° d’avril 2010 (sous presse)

– Anthologie des huit Poètes de l’École Fantaisiste (dont L. Vérane et Ph. Chabaneix), La Corne de brume, revue du Centre de Réflexion sur les Auteurs Méconnus (direction B. Baritaud), janv. 2010.

– « Saint-John Perse et Adonis », revue La Nouvelle Anabase, oct. 2009.

– Interview et choix de textes du poète grec francophone Théo Crassas, sur son lien à la Provence, à Marseille, Aix-en-Provence, Mistral, revue Babel, n° « Le bilinguisme des poètes », 2008.

Michèle Gorenc

– « Un poète à la Hune : André Salmon à Sanary », à paraître dans les actes du colloque « La poésie d’André Salmon et l’Esprit nouveau », Var et poésie, n° 8, 2010.

– « Francis Ponge par Marcel Spada », à paraître dans L’Eros solaire de Marcel Spada, Var et poésie, n° 7, 2010.

– « Le musée merveilleux de Marcel Spada », à paraître L’Eros solaire de Marcel Spada, Var et poésie, n° 7, 2010.

– « Toulon, années cinquante », à paraître dans L’Eros solaire de Marcel Spada, Var et poésie, n° 7, 2010.

– « Jean Aicard, initiateur de la poésie du pays natal », dans Jean Aicard en son jardin, actes du colloque international tenu à Toulon aux Lauriers-roses, Maison-musée Jean Aicard, publication de la Ville de Toulon, juin 2010.

– « Le Toulon de Vérane », Balade dans le Var, Éditions Alexandrines, collection « Sur les pas des écrivains », ouvrage collectif dirigé par Martine Sagaert, préface de Jacques Séréna, mars 2010.

– « François Fabié et le Parnasse », dans Un poète de Clocher à Paris, colloque François Fabié, Assemblée nationale, 12 avril 2008, édité par l’Amitié François Fabié, Millau, imprimerie Maury, avril 2008, p. 65-100.

– « La célébration du pays natal », préface pour la réédition de l’ouvrage de Jean Aicard : Poèmes de Provence, publié par Géhess Editions, Toulon, mai 2008, p. 9-15.

– « Maurin des Maures dans les livres d’école », 83000 Archives littéraires, revue des Archives municipales de Toulon, n°1, « Maurin des Maures, l’homme libre », septembre 2008, p. 39-50.

– « Six questions à Cédric Lerible à propos de Lunaison », notice de présentation du poète et de son recueil, distribuée à la sortie des presses de Lunaison, le 13 novembre 2008, à l’Imprimerie Valettoise, à La Valette du Var ; à la Fête du livre de Toulon, les 21-23 novembre 2008 ; et à la librairie La Nerthe, lors de la lecture publique du recueil par Cédric Lerible, le 29 novembre 2008.

Michèle Monte

– « Marcel Migozzi : lire entre les lignes », paru en 2003 dans La revue Sud et la création poétique contemporaine et repris dans Regards sur la poésie du XXe siècle, Laurent Fels (dir.), Les éditions namuroises, 2009, p.395-423.

– « Scénographie mouvante et hétérogénéité des points de vue dans L’Âge de l’Humanité d’André Salmon », à paraître dans  André Salmon et l’Art vivant, actes du colloque de 2009 à Toulon.

– « Figures de l’énonciation dans “Vesper” et “Approches d’un village” de Jean Malrieu », in Jean Malrieu, une voix du Sud, Michèle Monte (éd.), coll. « Var et poésie », Faculté de Lettres de l’Université de Toulon, 207-228.

Alain-André Morello

– « L’immémorial et le précaire : l’invention du temps dans la poésie de Jean-Max Tixier. Quelques remarques à propos de Chasseur de mémoire », Jean-Max Tixier ou la mémoire des mots, A l’Index, collection « Empreintes », 2009, pp. 31-40.

Formation :

Plusieurs cours sont proposés aux étudiants afin de leur permettre de découvrir la poésie varoise et plus largement méditerranéenne dans son rapport au lieu.

– 1er semestre LM 2: D. Aranjo, programme de littérature comparée : le Paysage méditerranéen : Toulon (1930) de Léon Vérane, Surréalisme (1929) de l’Alicantin Azorin, Paysages du peintre Van Rogger.

– Master 2 : Imaginaires et genèses littéraires 2008-2010 : D. Aranjo intègre le poète Léon Vérane à un corpus méditerranéen incluant les Espagnols Lorca et Azorin (« Poétique de l’imaginaire méditerranéen ») : et le Prix Nobel Saint-John Perse à un programme euro-méditerranéen de « Poésie du XXème s. » comprenant les Libanais Salah Stétié et Khalil Gibran. Nombreux dossiers réalisés par les étudiants de ce cursus, par exemple : « Les Intermèdes dans le Toulon de Léon Vérane » (Elisabeth Pouilly, mai 2010) ou  « Sur l’eau de Maupassant. Trouver un bonheur fugitif sur l’eau » (Clothilde Guérin, mai 2010).

– Projet tutoré de master: exposition Van Rogger avec vernissage par des étudiants de Master (BU déc. 2009-janv. 2010), sous la direction de D. Aranjo.

– Création en septembre 2007 de l’option transversale de Licence « Découverte de la poésie contemporaine », par Michèle Gorenc et Michèle Monte, remodelée en septembre 2008 en « Découverte de la littérature contemporaine », reconduite en septembre 2009. La partie « poésie » (un semestre) est particulièrement centrée sur la poétique et l’imaginaire du lieu. Elle se prolonge par des rencontres avec des écrivains et par la réalisation de dossiers par les étudiants. Ces travaux sont mis en ligne sur le site de « Var et poésie ».

Documentation :

Le fonds « Var et poésie » de la bibliothèque s’élargit régulièrement, grâce à la collaboration de Christine Maurer du SCD. Les ouvrages de nombreux poètes ayant un lien avec le Var y sont présents. Le fonds poésie contemporaine de la B.U. est également important et ne cesse de s’enrichir.

Communication :

Le site « Var et Poésie », créé par Michèle Gorenc, a été refondu l’an dernier dans le cadre d’un projet tuteuré de master. La question d’une maintenance régulière du site reste posée.

2. Var et prose

Les membres de l’équipe se tournent aussi vers la production littéraire varoise en prose. Ils travaillent avec la Fédération des Maisons d’écrivains.

Corpus : Littérature française essentiellement, mais aussi allemande (Thomas Mann) et américaine (Edith Wharton, Scott Fitzgerald), des romanciers (Hugo, Maupassant ou Georges Sand), des historiens comme Vidal-Naquet, des incontournables de la littérature française (Michelet, Gide). Des hommes, mais aussi des femmes (Colette, Françoise Sagan, Christiane Rochefort, Benoîte Groult, etc.). Période : du XIXe siècle au XXI e siècle.

Séminaires :

2008-2009

Marie-Clotilde Rousseau

La maison de Paul Bourget à Hyères

2009-2010

Alain Morello

La N.R.F. à Port-Cros

Michèle Gorenc

Les maisons d’écrivains

Publication :

Balade littéraire dans le Var, ouvrage collectif sous la direction de Martine Sagaert, Ed. Alexandrines, 2010, avec la collaboration de 32 contributeurs dont Michèle Gorenc, deux étudiants néo-certifiés de lettres de l’USTV (Adrien Vezzozo et Marie-Clotilde Rousseau), une contribution de Marcel Migozzi, à l’initiative de Michèle Monte, une contribution de Jean-Max Tixier sur Saint-John Perse, à l’initiative de Daniel Aranjo, une contribution sur La N.R.F. à Port-Cros en liaison avec un article à paraître d’Alain Morello.

I. 2. Projet « Monde hispanique : Littératures et cultures du monde hispanique »

Membres : Marie-Thérèse Garcia (MCF 14° section – Babel EA2649), José Garcia Romeu (MCF 14° section – Babel EA2649), Odile Lasserre Dempure (MCF 14° section – Babel EA2649).

Historique et définition scientifique du groupe de recherche :

Le projet « Littératures et Cultures du Monde Hispanique » se constitue concrètement, au début de l’année universitaire 2009-2010, sur la base d’une volonté commune à plusieurs enseignants chercheurs spécialisés dans les domaines Espagne ou Amérique Latine de travailler conjointement autour de thématiques liées à l’aire hispanique. Ce projet de recherche entend permettre une réorientation des travaux des membres hispanistes de l’UR Babel dans l’optique d’une plus grande adéquation avec leurs domaines privilégiés de recherche, tout en restant ouverte à une collaboration hispanique entendue au sens large, comme il apparaît à travers l’emploi du terme de Cultures. En ce sens, le projet « Littératures et Cultures du Monde Hispanique » remplace le projet « Civilisations hispaniques », et se conçoit comme partie intégrante de l’équipe « Écritures des espaces euro-méditerranéens » (sous la responsabilité de Daniel Aranjo) définie par l’UR Babel.

Axes de recherche : L’exploration des imaginaires qui, du Moyen-Âge jusqu’à l’Époque contemporaine, se déploient au sein des cultures hispaniques constitue l’axe central sur lequel s’articulent les travaux de l’équipe Babel « Littératures et Cultures du Monde Hispanique ». Les Littératures d’Espagne et d’Amérique Latine, mises en perspective, appréhendées dans leurs relations d’interdépendance ou au contraire abordées à travers leurs spécificités, se trouvent donc au cœur des travaux de l’équipe, à l’instar des autres systèmes de représentations (Arts, cinéma…) mis au service de l’expression des imaginaires. L’étude des champs du réel (Civilisations, Langues), entendus comme partie intégrante du concept de Culture, constituent une deuxième perspective, étroitement liée à la première. Saisis dans leur évolution à travers le temps, du Moyen-Âge à l’Époque contemporaine, et appréhendés dans leur diversité, les domaines du réel donnent en effet sens et assise à l’examen des productions de l’imaginaire, qui se voient ainsi éclairées par le contexte de leur éclosion. Enfin, l’équipe « Littératures et Cultures du Monde Hispanique » est soucieuse de privilégier l’examen du rapport des Littératures et Cultures du monde hispanique à l’espace euro-méditerranéen, un rapport de fusion ou au contraire de rejet riche de sa propre complexité.

Objets d’étude : thématiques littéraires étudiées dans des œuvres appartenant aux différents domaines représentés (Espagne – Amérique Latine – Toutes époques), thématiques liées au rapport (rejet ou fusion) des mondes hispaniques à l’euro-Méditerranée, thématiques en rapport avec le concept de Culture hispanique entendu au sens large.

Réalisations scientifiques :

Le groupe « Littératures et Cultures du Monde Hispanique» s’appuie sur les projets scientifiques hispaniques réalisés depuis 2006 au sein du laboratoire Babel :

Publications :

– Figures de la disparition dans le monde hispanique et latino-américain, Textes réunis par Francisco Albizú Labbé, Babel, n°13, 2006.

– Univers fictionnels dans le monde hispanique, Textes réunis par Jordi Bonells et José Garcia Romeu, Babel, n° 19, 2009.

– La ville méditerranéenne : entre imaginaire et réalité, Actes du colloque international organisé au Palais Neptune de Toulon les 14 et 15 septembre 2006, Textes réunis par Marie-Thérèse Garcia, Odile Lasserre Dempure et Axelle Vatrican, Paris, Honoré Champion éditeur, 2009.

Organisation de Colloques et Journées d’Études :

– Organisation Colloque international Dialogue entre les cultures de la Méditerranée. La ville méditerranéenne : entre imaginaire et réalité, Palais Neptune de Toulon les 14 et 15 septembre 2006. Organisation sous la responsabilité de M.T. Garcia, O. Lasserre Dempure, A. Vatrican.

– Organisation Journée d’Études La Celestine de Fernando de Rojas : études croisées, Université de Toulon, 29 janvier 2010. Organisation sous la responsabilité de S. Gorgiewski, O. Lasserre Dempure, X. Leroux.

Création de partenariat avec des équipes de recherches au niveau international :

Les hispanistes de Babel ont pu travailler avec succès à la création d’un partenariat avec les équipes des Universités de Grenade (Luis Gastón Elduayén, Professeur, et son équipe) et de Jaén (Anne-Marie Arnal, Professeur, et son équipe). Ce partenariat a donné lieu à :

– deux colloques internationaux :

– Premier Colloque international sur le Dialogue entre les cultures de la Méditerranée. La ville méditerranéenne : entre imaginaire et réalité, Palais Neptune de Toulon les 14 et 15 septembre 2006.

– Segundo coloquio internacional sobre el Diálogo entre Culturas del MediterráneoLa ciudad : lugar de la memoria y para la memoria, in Segundo Coloquio internacional sobre el diálogo entre culturas del Mediterráneo, Baeza, 25-28 de septiembre de 2007

– Signature d’une convention entre les Universités de Toulon et Jaén (septembre 2007)

– Un Programme d’enseignants-chercheurs ou doctorants invités :

– Manuela Ledesma (Université de Jaén). Second semestre 2007.

– Montserrat Serrano Mañes (Université de Grenade) Octobre 2008.

– Doctorant de Montserrat Serrano Mañes (Université de Grenade) invité aux Doctoriades de l’Université de Toulon, Octobre 2009.

– À ce programme d’invitations est venue s’ajouter celle de Mercè Ibarts (Université Pompeu Fabra de Barcelone). 2009.

I. 3. Projet « Pourtour méditerranéen et imaginaires culturels »

Le projet de recherche « Pourtour méditerranéen et imaginaires culturels » s’est imposé comme nécessaire à la fois pour synthétiser et pour élargir les recherches thématiques spécifiques menées dans les deux autres projets.

Au delà du niveau régional, et intégrant à l’occasion les recherches menées sur le « Monde hispanique », ce projet se propose d’étudier les civilisations et cultures du pourtour méditerranéen dans une approche transdisciplinaire et comparatiste : les « Rhétoriques méditerranéennes », étaient déjà le programme d’étude retenu par Jacques-Emmanuel Bernard dans le n°7 de la revue Babel (2003) : peut-on déceler une forme d’« identité méditerranéenne », au-delà des différences d’Histoire, de culture et de religion ?

L’appartenance de l’Université du Sud – Toulon – Var au PRES qui la rapproche des universités de Nice, Corte, Pierre et Marie Curie (Paris 6), Gênes et Turin incite assurément à se tourner vers l’Italie toute proche comme terrain d’étude privilégié ; mais la Grèce et la Roumanie vers l’Est, l’Afrique du Nord sur l’autre rive méditerranéenne nous imposent d’élargir notre champ d’investigation pour des comparaisons linguistiques, littéraires et culturelles.

La notion de « Pourtour », surtout au singulier, nous oriente d’abord vers une approche côtière de la question (îles naturellement comprises), par exemple Gênes ou la Slovénie, dans son entier, qui nous est depuis longtemps familière et qui fait partie du contour assez immédiat de la Méditerranée ; sans oublier la Roumanie côtière (Pont-Euxin quasi enclavé, aujourd’hui Mer Noire) qu’Ovide qui y fut exilé au tournant de l’Ere a inscrite dans deux de ses chefs-d’œuvre (lettres en vers de « Tristes » et « Pontiques »). Ce terme de « pourtour », pourtant impliqué par nombre de travaux, parfois célèbres (comme la géohistoire méditerranéenne de Braudel), semble avoir été peu étudié jusqu’ici en lui-même, en particulier par les comparatistes (le terme est totalement absent des ouvrages de référence sur la géocritique).

Le pourtour est par ailleurs indissociable de l’arrière-pays. Le PRES mentionné plus haut épouse assez naturellement, pour l’essentiel, le « pourtour » en question ; il faudra établir et préciser les liens, assez neufs, entre Toulon et Gênes (les liens entre l’USTV et Nice sont naturels mais gagneraient à être resserrés). Il faudrait aussi penser à certains points très excentrés du « pourtour » : Mer Noire roumaine (le pays d’exil d’Ovide, au tout début de l’ère chrétienne), par exemple avec l’Université de Galati, et nous avons le projet d’inviter un professeur pour qu’il nous parle en particulier de sa langue, de la fidélité obstinée de ce pays au latin, au nom « romain », à la francophonie par résistance à l’environnement slave, Chypre (Université Nicosie). Il faudrait encore approfondir notre vieille collaboration avec Meknès (colloques, échange de professeurs) ou Turin (professeurs invités).

Le « pourtour » au singulier nous incite aussi à trouver une certaine unité dans la diversité que comporte une mer naturellement fermée, par exemple à travers une notion fédératrice, quoique diverse, qui a déjà fait ses preuves dans le cadre de Babel : la « Ville méditerranéenne », quitte à le renouveler par un angle d’attaque inédit et précis (« la Ville Méditerranée : Centre et marges »), ce qui favoriserait l’approche pluridisciplinaire du problème : par exemple sociologique, architecturale… et aussi le port méditerranéen et les îles méditerranéennes en littérature, ce qui serait restrictif, mais pourrait favoriser nuances et précisions, et donc la recherche. Un troisième colloque sur « La Ville Méditerranéenne » serait souhaitable.

Les relations avec l’Espagne s’inscrivent tout naturellement dans le « pourtour » méditerranéen. Les liens établis avec Grenade et Jaén sont déjà bien solides. Le domaine catalan, par ailleurs (Catalogne, Baléares, Communauté Valencienne), est très vaste et représente l’un des aspects les plus évidents du « pourtour » en question, avec une ville aussi importante que Barcelone.

Les relations avec le projet « Var : réalités et représentations » est évident. Des cours sur la thématique euro-méditerranéenne et nombre de mémoires de master II ont déjà été proposés (sur Trieste, Istambul, la latinité).

Enfin, les liens entre des auteurs anglais et l’héritage euro-méditerranéen sont nombreux : étude des archétypes dans les mythes gréco-romains chez C.G. Jung, références bibliques chez de Thomas de Quincey et William Blake, racines gnostiques de leur vision du monde (études menées en particulier par Patrick Menneteau).

Parmi les réalisations des années passées qui s’inscrivent dans la thématique du « Pourtour méditerranéen », nous pouvons regrouper les événements suivants :

Maroc

o   Colloque pluridisciplinaire et conjoint Université de Meknès et USTV sur « La représentation de la femme méditerranéenne : de la citoyenneté au développement », 26-27 mars 2009 (la quasi-totalité des intervenants était des intervenantes, souvent de l’USTV, des littéraires, des juristes, une sociologue) ; une convention de partenariat existe d’ailleurs depuis longtemps entre les Universités de Toulon et de Meknès.

o   Mission de Cherki Karkaba (Université de Beni-Mellal), un mois en octobre 2008 avec des cours en master « Imaginaires et genèses littéraires » et en licence d’anglais (4 à 6h par semaine sur 4 semaines) sur « Regards croisés: Orientalisme vs Occidentalisme » ; « Représentations de l’Orient dans la littérature occidentale » ; « Représentations de l’Occident dans la littérature post-coloniale ».

o   Mission de Mimoun Aziza (Université de Meknès), octobre 2008, 10 h. de cours ou conférences (en master ou séminaire) sur les échanges migratoires, linguistiques, l’héritage colonial en Méditerranée occidentale (en particulier Maroc/Espagne).

Pourtour méditerranéen : conférence en oct. 2009 par Yaïr Biran (poète et traducteur israélien) en Master sur « Quelles langues parle le Juif ? ».

Colonialisme : le colloque « Points de contact hérités du fait colonial », 21-23 mars 2007 (USTV et Paris III) (organisé par Isabelle Felici, PR d’italien, créatrice du séminaire transdiciplinaire « Mosaïques », équipe interne de Babel) concernait très souvent les pays du pourtour méditerranéen ; une demi-journée était d’ailleurs consacrée au cas du Maroc ; les actes sont sous presse (éd. Mare et Martin, Paris, oct. 2010).

De nombreux mémoires de master 2 ont été soutenus ces dernières années sur la thématique du « Pourtour méditerranéen » et plusieurs thèses sont en cours.

Pourtour méditerranéen et colloques

A titre d’exemple, les deux membres de Babel les plus familiers du Pourtour en matière de colloques :

– Alain Morello (Mcf littérature française du 20° siècle), « Roman et théâtre: une rencontre intergénérique dans la littérature française », (U. de Thessalonique, 2007) ; « La ciudad mediterránea : sedimientos y reflejos de la memoria » (U. Jaén, 2008 ; actes publiés aux Presses Univ. de Grenade, 2010) ; « Dominique Fernandez, citoyen du monde » (U. de Cluj-Napoca, Roumanie, 2009 , actes publiés en 2010 ; on sait que D. Fernandez est souvent italien par ailleurs par sa culture et ses sujets) » ; « Dialogue des cultures dans l’espace méditerranéen et les Balkans » (U. d’Athènes, 2010, actes sous presses) ; « .Itinerari di letteratura, Associazione Amici di Francesco Biamonti » (San Biagio della Cima, Ligurie, 2010, actes sous presses)

– Daniel Aranjo (Mcf HDR littérature comparée du domaine euroméditerranéen) : « Sport et Littérature » (U. Thessalonique, à l’occasion des J.O. d’Athènes, actes publiés en 2005) ; « La réticence en poésie et dans le roman » (U. de Haïfa, Israël, 2007, actes publiés en 2007 ; l’auteur était invité en tant que créateur pour témoigner de la présence de cette figure de style dans sa production) ; « Esthétique » (les rapports entre les arts), Congrès annuel de la SFLGC (U. Aix-en-Provence, 2009 ; actes sous presses) ; Congrès « Ferreira de Castro et l’émigration » (U. Nouvelle de Lisbonne, 2010, actes sous presses) ; Symposium de la Société Espagnole de Littérature Générale et Comparée (U. d’Alicante, 2010, 154 communications, langues officielles du colloque : espagnol et catalan ; l’auteur intervient dans l’atelier « Littératures médiévales ibériques comparées » (actes sous presse).

Pourtour et immigration.

Ouvrages collectifs dirigés ou co-dirigés par Isabelle Felici (Pr d’italien) :

Racines italiennes (revue Babel, USTV, 2006), recueil de témoignages sur le rapport le plus souvent familial, en tout cas affectif, à l’Italie chez un certain nombre d’enseignants, d’étudiants de l’USTV (souvent dans le cadre dramatique et existentiel, parfois politique, de l’émigration)

Enfants d’Italiens, Quelle(s) langue(s) parlez-vous ? (USTV et Paris III ; Isabelle Felici et Jean-Charles Vegliante éditeurs ; Gehess Éditions, Toulon[1] , 2009) ; une trentaine de témoignages, d’enfants et petits-enfants d’Italiens, sur leur rapport à l’italien, souvent découvert à un âge avancé en France et de façon théorique, puisque, en famille, on parlait volontiers la langue locale (par ex. l’occitan piémontais) ; il s’agit donc souvent de trilinguisme, et de diglossie frappant la langue familiale.

II. Équipe « Monde médiéval et renaissant »

Responsable du domaine anglais : Sandra Gorgievski (MCF – 11e section).

Responsable du domaine espagnol : Odile Lasserre-Dempure (MCF – 14e section).

Responsable du domaine français : Xavier Leroux (MCF – 9e section).

Responsable du domaine latin : Jacques-Emmanuel Bernard (MCF – 8e section)

Membre du domaine italien : Alessandro Leiduan (Docteur qualifié – ATER – 14ème s.)

Membres : Monique Léonard (PR – 9e section), Jacques-Emmanuel Bernard (MCF – 8e section), Sandra Gorgievski (MCF – 11e section), Odile Lasserre-Dempure (MCF – 14e section), Xavier Leroux (MCF – 9e section), André Ughetto (Professeur agrégé en lycée, docteur – 9e section), Alessandro Leiduan (ATER – 14e section).

Historique et définition scientifique du groupe de recherche « Monde Médiéval & Renaissant » :

Fort des projets scientifiques réalisés depuis 2006 par plusieurs de ses membres au sein du laboratoire Babel, « Monde Médiéval & Renaissant » a d’abord fonctionné de manière informelle, puis s’est officiellement organisé en groupe de recherche au début de l’année universitaire 2009-2010.

« Monde Médiéval & Renaissant » naît de la collaboration de plusieurs enseignants-chercheurs, tous membres du laboratoire Babel. Spécialisés dans différents domaines – anglais, français et espagnol à l’origine –, ceux-ci décident de faire converger leurs intérêts pour la période tardive du Moyen Âge et pour la Renaissance dans une perspective transversale. Les travaux scientifiques poursuivis par ce groupe s’inscrivent dès lors dans un cadre historique et géographique correspondant à la période de transition qui fait passer le monde euro-méditerranéen du Moyen Âge à la Renaissance. Ainsi, l’axe de recherche retenu par les membres de « Monde Médiéval & Renaissant » insère naturellement le groupe dans la thématique euro-méditerranéenne privilégiée par le laboratoire Babel, avec une attention particulière à l’environnement culturel de cet espace géographique.

Dans le prolongement des travaux scientifiques déjà réalisés par plusieurs membres du groupe sur la période médiévale au sein du laboratoire Babel (voir infra), l’axe de recherche retenu consiste en l’étude de l’imaginaire médiévo-renaissant des XVe et XVIe siècles, autrement dit à une époque charnière envisagée dans sa globalité, une période qu’on se gardera bien d’imaginer « sous la forme d’une brusque rupture et d’un changement complet de paradigme » (Umberto Eco, Art et beauté dans l’esthétique médiévale). Faisant le choix d’aborder simultanément deux périodes trop souvent étudiées séparément, le groupe « Monde Médiéval & Renaissant » cherche donc à faire apparaître les traces de rupture, mais aussi de continuité qui marquent cette période.

Le passage du Moyen Âge à la Renaissance se réalise progressivement dans la confrontation de deux visions contradictoires du monde. Les recherches du groupe portent sur les diverses manifestations de cette confrontation dans la littérature et, plus particulièrement, sur la concomitance de ces deux perceptions du monde, concomitance qu’illustre notamment le théâtre de la fin du XVe siècle et de la première moitié du XVIe siècle, puisque, dans cette période, les dernières représentations des mystères religieux, en vogue au Moyen Âge, s’opposent aux premières réalisations du théâtre renaissant. Cet axe de recherche est décliné sous différents angles d’études transversales : typologie des personnages, corpus d’œuvres, thématiques littéraires, etc.

Si le texte reste l’objet privilégié des travaux de ce groupe, une ouverture à la production iconographique de cette période est favorisée. En outre, pour mettre en perspective l’étude de l’imaginaire des XVe et XVIe siècles, le groupe adopte un point de vue diachronique, s’intéressant à la réception contemporaine de cette période, mais également à la réception médiévo-renaissante de la période antique.

Réalisations scientifiques :

Après une période durant laquelle plusieurs membres du groupe ont travaillé de manière concertée, « Monde Médiéval & Renaissant » s’est effectivement constitué en groupe de recherche à l’occasion de la réalisation son premier projet scientifique. Autour de La Célestine de Fernando de Rojas, une œuvre dramatique du domaine espagnol de la fin du XVe siècle plusieurs fois imprimée au XVIe siècle, la première Journée d’étude organisée par le groupe a réuni des spécialistes des domaines espagnol, français, anglais et italien :

2010   Organisation de Journée d’étude : La Célestine de Fernando de Rojas : études croisées : Journée d’étude organisée à l’Université du Sud Toulon-Var le 29 janvier 2010 (publication des actes à paraître en 2010 dans la revue Babel (n° 22)).

Odile Lasserre Dempure (Babel EA 2649 – USTV), « La Celestina de Fernando de Rojas : un monde plein de vide. » ; Christine Orobitg (Laboratoire Telemme UMR 6570 – Université d’Aix-en-Provence), « Rire et mélancolie dans La Celestina de Fernando de Rojas. » ; Xavier Leroux (Babel EA 2649 – USTV), « Du texte mis entre parenthèses au texte dit à part : nouvelles remarques sur l’aparté dans La Celestina de Fernando de Rojas. » ; Sandra Gorgievski (Babel EA 2649 – USTV), « La Celestina de Fernando de Rojas, Troilus and Criseyde de Chaucer et Troilus and Cressida de Shakespeare au miroir de l’iconographie médiévale, ou les trois âges de la femme. » ; Florence Dumora (Laboratoire CRES-Lecemo (Université Paris III) EA 3979 – Université de Reims), « La matière médicale de La Celestina : donnée culturelle et enjeu dramatique. » ; Alessandro Leiduan (Babel EA 2649 – USTV) : « La Lena de Ludovic Arioste : une Celestina italienne ? »

Le groupe « Monde Médiéval & Renaissant » s’appuie en outre sur les projets scientifiques réalisés depuis 2006 par plusieurs de ses membres au sein du laboratoire Babel :

2008   Organisation de colloque : Vers une poétique du discours dramatique au Moyen Âge : Colloque organisé au Palais des Congrès Neptune de Toulon dans le cadre des 3es Journées scientifiques euro-méditerranéennes les 13 et 14 novembre 2008 (publication des actes à paraître en 2010 dans aux éditions Champion, dans la collection Babeliana (n° 13)) :

Jelle Koopmans (NWO – Universiteit van Amsterdam), « Les parties du discours ou les mots pour le dire. » ; Mario Longtin (Université Western Ontario), « Jouer par personnages. Prolégomènes à une poétique du personnage dans l’ancien théâtre français. » ; Marie Bouhaïk-Gironès (NWO – Universiteit van Amsterdam), « Le savoir-faire rhétorique de l’acteur. » ; Darwin Smith (CNRS-LaMOP), « Genèse d’un auteur dramatique : le cas d’Arnoul Gréban. » ; Katell Lavéant (Université d’Amsterdam et Université d’Utrecht) et Isabelle Ragnard (Université de Paris IV – Sorbonne) « Les pièces de l’Advent de François Briand (Le Mans, 1512) : théâtre, musique et écriture didactique. » ; Nadine Henrard (Université de Liège), « Fatistes des villes et fatistes des champs. Aspects de l’écriture dramatique des mystères rouergats et des mystères alpins. » ; Xavier Leroux (Babel EA 2649 – USTV), « Implications dramaturgiques du monologue dans le théâtre édifiant du Moyen Âge. » ; Taku Kuroiwa (Société Japonaise pour la Promotion de la Science), « Les rondeaux dans la performance théâtrale : essai de problématisation. », Gérard Gros (Université de Picardie), « Songe et divination dans le Mistere du Siege d’Orleans. » ; Corneliu Dragomirescu (EHESS), « Construction et rôle des personnages de messagers dans les manuscrits des mystères pour la lecture : le cas de La Vengeance Nostre Seigneur d’Eustache Marcadé » ; Taku Kuroiwa (Société Japonaise pour la Promotion de la Science), Darwin Smith (CNRS-LaMOP) et Xavier Leroux (Babel EA 2649 – USTV), « Formes fixes : futilités versificatoires ou système de pensée ? »

2007Publication : La mise en recueil des textes médiévaux, n° 16 de la revue Babel (2e semestre 2007), 371 p.

Présentation par Xavier Leroux – Construction et composition des recueils français du XVe siècle : apports de la codicologie quantitative par Octave Julien – Cohérence et éclatement : réflexion sur les recueils littéraires du Moyen Âge par Wagih Azzam, Olivier Collet et Yasmina Foehr-Janssens – Roman contre roman dans l’organisation du manuscrit du Vatican, Regina Latina 1725 par Francis Gingras – Géographie et héritage : les manuscrits du Roman de la Violette par Kathy Krause – Le profil du recueil : observations sur le contexte manuscrit des Quinze Signes du Jugement dernier par Salvador Rubio Real et Richard Trachsler – Gautier architecte : étude sur la disposition des récits dans les deux Livres des Miracles par Gérard Gros – L’organisation du manuscrit des Œuvres complètes d’Eustache Deschamps par Raoul Tainguy par Clotilde Dauphant – Relier, relire : des poèmes courtois faits galanteries par Hélène Basso – Déconstruction et recomposition de La Belle Dame sans mercy dans le ms. Regina Latina 1363 par Nathalie Urdékian-Gassier – Arranging the Pieces: The Work of a Chansonnier Scribe par Jane Alden – Des textes dramatiques mis en recueil et des recueils dits “de théâtre” par Aurélie Mazingue et Xavier Leroux – Les Enseignements moraux de Christine de Pizan dans l’ordre des textes d’un recueil pieux du XVe siècle (BnF, fr. 1181) par Karen Fresco – For a Better Handling of Science: Para-academic, Encyclopaedic Texts in Late Medieval Canon Law. The Example of Jean de Jean’s Memoriale Decreti (1339) par Dirk Claes – La mise en recueil comme glose ? Le thème de la translatio studii dans le ms. Digby 23 de la Bibliothèque Bodléienne à Oxford par K. Sarah-Jane Murray.

2007   – Publication : Le Moyen Âge mis en scène : perspectives contemporaines, n° 15 de la revue Babel (1er semestre 2007), 350 p.

Présentation par Sandra Gorgievski et Xavier Leroux – Entretien avec Mario Monicelli : Il Medioevo di Monicelli: una parodia molto vera propos recueillis par Andrea Palazzino – Perception du Moyen Âge au cinéma : mises en scène des Canterbury Tales de Chaucer par Agnès Blandeau – Jouer Le Mystère de la Passion d’Arras : le patrimoine médiéval à l’épreuve de la scène par Bénédicte Boringe – Jouer aujourd’hui Le Jour du Jugement par Xavier Leroux – Medwal, notre contemporain ? par Jean-Paul Debax et Jean-Claude Bastos – Réappropriation du passé : le théâtre arabe face aux textes médiévaux par Aziz Hilal – Entretien avec Denis Llorca : Chevaliers de la scène à l’écran propos recueillis par Sandra Gorgievski – Le cinéma à l’épreuve des représentations médiévales : l’enluminure et le théâtre par Corneliu Dragomirescu – Face-à-face avec l’ange : du regard frontal de l’art byzantin au « regard à la caméra » par Sandra Gorgievski – Entretien avec Michel Ocelot : Cinéma d’animation : “Le conte de fées est à l’aise au Moyen Âge” propos recueillis par Sandra Gorgievski – Versions récentes de la légende de Tristan et Iseut au cinéma : entre prosaïsme et puérilité, y avait-il un autre choix ? par François Amy de la Bretèque – Regards sur le Moyen Âge : le cinéma arabe à la recherche d’al-Andalus par Abdelmajid Babakhouya – Cutting and Running from the (Medieval) Middle East: The Mises-hors-scène of Kingdom of Heaven’s Double DVDs par Richard Burt – Il Medioevo nella percezione contemporanea: alcuni spunti per una riflessione par Anna Benvenuti et Isabella Gagliardi – A Hard Day’s Knights: Movie Time Travel, the Middle Ages, and a New Millennium par John Engle.

2006   Organisation de Journée d’étude : La Suite du Roman de Merlin. Philologie – Littérature : Journée d’étude organisée à l’Université du Sud Toulon-Var le 22 novembre 2006 (publication partielle des actes dans la revue Méthode ! (n° 11), éditions de Vallongues, automne 2006) :

Gilles Roussineau (Professeur à l’Université Paris IV – Sorbonne), « édition de texte et critique textuelle : observations sur les paragraphes 243-265 de la Suite du Merlin. » ; Stéphane Marcotte (Maître de Conférences à l’Université Paris IV – Sorbonne), « Tout traduire en français moderne : brèves réflexions sur la traduction de la Suite du Merlin. » et « Rudiments de poétique médiévale appliqués à La Suite du roman de Merlin. » ; Pierre Nobel (Professeur à l’Université Marc Bloch – Strasbourg II), « Pour une localisation du ms. Huth (Londres, B. L., Additional 38117). » ; Nelly Labère (Maître de Conférences à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux III), « Tes nouvieles avenir : la nouvelle à l’épreuve de la Suite du Merlin. » ; Xavier Leroux (Maître de Conférences à l’Université du Sud Toulon-Var / Babel EA 2649), « Il ne faut s’étonner de rien : les conséquences du merveilleux dans la Suite du Merlin. »

Transversalité du groupe de recherche :

Si « Monde Médiéval & Renaissant » est par définition un groupe de recherche transversal, il est en outre à signaler que les activités de plusieurs de ses membres le lient à d’autres groupes du laboratoire Babel.

Ainsi, la Journée d’étude organisée sur La Célestine de Fernando de Rojas doit être envisagée en lien avec le groupe « Monde hispanique » (dans l’axe de recherche : « Littératures : Imaginaires et genèses littéraires »), représenté par Odile Lasserre Dempure.

Par ailleurs, les travaux d’édition de textes dramatiques poursuivis par Xavier Leroux aboutiront prochainement à la publication de pièces (dans l’axe de recherche : « Langage », équipe ÉRIS) susceptibles d’être intégrées au corpus d’étude de « Monde Médiéval & Renaissant » (notamment Le Gouvert d’Humanité de Jean d’Abondance).

III. Équipe « Espaces du livre » :

Cette équipe interne poursuit l’activité menée durant le quadriennal 2008-2011 et mettra l’accent, durant le quadriennal 2012-2015, sur le livre dans tous ses états, poursuivant ainsi ce qui était déjà à l’œuvre au sein du master « Littérature » et du séminaire du LILIPANT (Littérature – Livres – Patrimoine – Nouvelles technologies).

De l’informe aux formes organisées, la création littéraire est à l’image des mythes cosmogoniques, mais elle a sa spécificité que l’analyse génétique révèle à sa manière. Elle plonge au sein de l’immémorial (images, symboles, archétypes, mythes à l’œuvre dans l’imaginaire d’une culture) et elle est indissociable des conditions de production.

La connaissance (gnosis) du livre passe par sa naissance (genesis). Et les questions foisonnent : D’où vient le livre ? Comment diable ça va au papier ? Comment le texte se métamorphose-t-il, par quels méandres passe-t-il ? Faut-il éditer différents états du texte, selon quels modes, quel protocole ? Qu’apporte la génétique textuelle ?

Le livre relève du domaine du sacré, du religieux, de l’imaginaire. Il est représenté dans le texte, il est personnage du texte, il est en abyme du texte.

Mais il est aussi intéressant de l’ausculter dans sa matérialité (papyrus, parchemin, papier, e-book), de le suivre dans son cheminement (de l’exemplaire unique à sa multiplication) et dans son devenir (chez l’éditeur, exposé en librairie, conservé en bibliothèque, vendu à la brocante, mis au rebut, pilonné, brûlé, censuré, valorisé, commémoré), en tous lieux et temps.

III. 1. Projet « Genèses textuelles »

(A. Morello, M. Sagaert)

Le manuscrit est étudié comme objet scientifique, l’œuvre est saisie en ses métamorphoses et le sens de l’œuvre ne cesse de se chercher en ses multiples variations.

L’édition est l’une des applications possibles de cette méthode littéraire. Deux séances du séminaire du LILIPANT 2008-2009 ont permis une comparaison entre philologie et génétique : « Méthodologie de l’édition de textes du Moyen-Âge » (Xavier Leroux ; Monique Léonard – Équipe Monde médiéval et renaissant) et « Le psautier huguenot au XVIIe siècle : présentation matérielle et actualité éditoriale » (Inès Kirschleger – USTV).

Au sein du séminaire du LILIPANT 2009-2010, Martine Sagaert a présenté et analysé des manuscrits du Journal de Gide et Jacques Mény, La Bibliothèque de Jean Giono comme témoignage concret d’intertextualité et élément de genèse textuelle.

Études génétiques sur corpus : Spécialistes de Giono (Alain Morello : Établissement du texte Le Désastre de Pavie, notices, notes et variantes in Journal, Poèmes, Essais, dir. Pierre Citron, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1995 et de nombreux articles depuis) et de Gide (Martine Sagaert, André Gide, Journal 1926-1950, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1997 ; 2009. Nouvelle version revue et corrigée), les membres de cette équipe travaillent en synergie avec des membres d’autres groupes de recherche. Pour Giono (A. Morello – en liaison avec l’Association Giono de Manosque ; Président : Jacques Mény) et pour Gide (M. Sagaert – en liaison avec l’ITEM/CNRS/ENS). Ils travaillent avec des membres des équipes « Représentations » et « Livres et acteurs du livre » [voir aussi : Alain Morello, « L’homme aux livres : savoir (et pouvoir) dans Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq », « Savoirs et savants dans la littérature et les arts (XVIe-XXe siècles) », Équipe de recherche LISAA (Littératures, savoirs et arts), Université de Paris-Est, Marne la Vallée, 22-24 novembre 2008)].

Participation de Martine Sagaert à des colloques consacrés à la critique génétique en 2008-2009 :

* « Charles-Louis Philippe à l’aune de Gide », Colloque international, Université de Derry, Irlande du Nord.

2009.

* Université de Grenoble : Présentation du DVD-Rom sur les Manuscrits du Journal de Gide.

* Communication sur le manuscrit du Journal de Gide : Institut des Textes et Manuscrits Modernes CNRS-ENS, Equipe Genèse et autobiographie.

* Communication à Bordeaux sur Ainsi soit-il ou les jeux sont faits d’André Gide.

* Communication sur Le Journal de Gide au Colloque international André Gide, Bibliothèque Nationale de France, Petit Auditorium.

* Communication au Colloque international sur les manuscrits de Charles-Louis Philippe et Gide, éditeur des textes de Philippe, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

Publications aux Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Horizons génétiques » (dir. Martine Sagaert)

Martine Sagaert, Peter Schnyder, André Gide, l’écriture vive, 2009 [livre et DVD-rom].

Consacré à André Gide (1869-1951), le présent ouvrage met l’accent sur le processus créateur. Cette approche génétique convient particulièrement à l’écrivain, qui sait l’instruction que promettent les manuscrits, non seulement les siens, mais aussi ceux des autres. Montaigne, Rilke et Charles-Louis Philippe sont ici examinés à l’aune de Gide.

Parmi la production si riche du prix Nobel de Littérature 1947, deux domaines d’investigation sont privilégiés : le for intérieur d’une part, avec le Journal et Ainsi soit-il, et l’étranger de l’autre – c’est-à-dire le pays étranger, avec Retour de l’U.R.S.S. et Retouches à mon Retour de l’U.R.S.S., ainsi que la langue étrangère, avec des traductions de Shakespeare et de Friedrich Hebbel.

Près de cinq cents documents manuscrits et iconographiques, souvent inédits, et des séquences audiovisuelles permettent d’amples parcours scientifiques et didactiques, de l’atelier de la création à l’œuvre à son estuaire, invitant à la découverte ou à la redécouverte d’un auteur toujours actuel.

Également, « Présentation du DVD-Rom André Gide, L’Ecriture vive » in La Chambre noire d’André Gide, dir. Alain Goulet, Ed. Le Manuscrit, coll. « Recherche Université », 2009.

Site andre-gide.fr

Responsable : Martine Sagaert. Conseil scientifique : Jean Claude, Alain Goulet, Claude Martin, Pierre Masson, Peter Schnyder. Réalisation technique : Harrisson Ratsimba Rajohn. Ce site a reçu l’aval de Mme Catherine Gide, fille de l’écrivain, et de l’Association des Amis d’André Gide. Créé en 2006 avec des étudiants de la filière Bibliothèque-Médiathèque (Université de Bordeaux 3, Pôle des Métiers du Livre) et mis à jour par des étudiants de l’USTV, il vient en complément de Gidiana.net  et de andregide.org – mais il a sa spécificité. C’est un site pédagogique et généraliste, qui donne à voir Gide vivant, un site spécialisé, qui considère l’œuvre dans sa forme imprimée, mais prend aussi en compte sa genèse.

III. 2. Projet « Représentations »

(M. Dufour, M.-T. Garcia, P. Hubner, P. Menneteau, José Garcia –Romeu, M. Sagaert)

À la suite des travaux menés au sein du laboratoire Babel depuis des années, plusieurs travaux sur les représentations ont été présentés entre 2008 et 2010 dans le cadre du séminaire LILPANT. Myriam Jacquemier (USTV) est intervenue sur le thème : « Livre de vie, livre du monde ou la fonction de l’écriture dans une démarche spiritualiste à l’aube de la Renaissance ». Pancho Albizu sur « Le livre pré-colombien dans le Mexique ancien » et sur « Le livre dans le monde colonial hispano-américain ».

Certains travaux ont donné lieu à publication : Marie-Thérèse Garcia, « Le Club Dumas d’Arturo Pérez-Reverte ou une métaphore de la lecture » in « Univers fictionnels », dir. Jordi Bonells et José Garcia Romeu, USTV, Babel nº 18, 2009,  pp. 71-91 ; « Los juegos de la reescritura en El oro del rey de Arturo Pérez-Reverte. » in Alatriste, la sombra del héroe, Coordinación J. Belmonte et J.M. López de Abiada, Madrid, Alfaguara, 2009, pp. 93-120.

III. 3. Projet « Acteurs du livre »

En lien direct avec les travaux précédents, ce projet pluridisciplinaire (littérature, sociologie du livre et de la lecture, droit de la propriété littéraire et artistique, histoire du livre, histoire de l’édition) mène une réflexion d’ensemble sur la création littéraire et le livre. Elle a pour particularité de mettre en œuvre des travaux de recherche fondamentale et des travaux de recherche-action dans les domaines suivants : bibliothèque, médiathèque, librairie, édition (en partenariat avec différents secteurs du Livre de la PACA et le Pôle des métiers du Livre de Bordeaux 3). Ce partenariat Sud-Est – Sud-Ouest  se poursuit lors de la journée professionnelle, destinée aux étudiants du master Littérature.

Les membres bordelais de l’équipe ont participé aux manifestations suivantes :

– Librairies : « Librairie d’hier et d’aujourd’hui » – 2 avril 2010 – 14h – 17h30.

– Bibliothèques : « Profession bibliothécaire – Le rôle social des bibliothèques dans la ville », jeudi 1er avril 2010, Floirac.

– Fin XXe s. et début XXIe s. apparaît une stagnation, voire un recul du nombre des inscrits en bibliothèques. En 2008 paraît l’ouvrage Quel modèle de bibliothèque ? qui interroge la bibliothèque publique des années 70 et le modèle démocratique de la « médiathèque à la française » des années 80-90. Ces modèles ne rempliraient plus leur mission  de démocratisation de la lecture puisque le nombre de lecteurs populaires reste faible et que le nombre global de personnes qui les fréquentent diminue. Des voix s’élèvent pour dire qu’il faudrait « penser la nouvelle bibliothèque » et peut être  faire évoluer l’ancien modèle. Fin 2009, paraît le livre attendu depuis 1998 Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, qui confirme la diminution des inscrits en BM (17%) et des usagers des bibliothèques (28%). En même temps, les bibliothèques dans les villes (en centre-ville et dans les quartiers) sont de plus en plus nombreuses à proposer de nouveaux services, ou en améliorer certains y compris en remodelant les espaces. De même, dans la presse spécialisée (Le Monde 2, La Gazette des communes, Bilbliothèque(s), BBF…) la parution d’articles sur « les nouveaux usages », les « médiathèques sociales »… vont dans le même sens.

– Éditions : « Profession Editeur – Editer, c’est traduire » – 1er octobre 2009. En liaison avec « Lire en poche » (Gradignan).

– Publications aux Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Lecteurs – Bibliothèques – Usages nouveaux » (dir. Marie Dinclaux).

– Cécile Benoist, Les Médiathèques à l’heure du conte, 2007.

– Michel Benoît, Alban Pichon, Télécharger, écouter, voir, 2009 / Textes de : Jean-Pierre Vosgin – Sabine Noël – Benoît Michel et Alban Pichon – Marie Dinclaux – Gérald Elbaze – Agnès Lanoé – Marie-Hélène Serra – Arsène Ott./

Sabine Noël (dir.), Collaboration Nord-Sud, T.I.C.S et bibliothèques, 2009./ Textes de : Jean-Pierre Vosgin, Marie Dinclaux, Sabine Noël, Florence Glantenay, Annie Chéneau-Loquay, Yves Dakouo, Ousmane Barra, Céline Ducroux, Marie-Paule Huet, Yolla Polity, Safiatou Faure et Ousmane Barra, Jean-Norbert Vignondé.

Les travaux de recherche de cette équipe, associés à d’autres travaux, ont donné lieu à une réflexion commune entre universitaires et professionnels à partir des communications au sein du séminaire  du  LILIPANT  entre 2008 et 2010 :

– Magali Beranger (attachée de conservation du patrimoine, Toulon), Les archives municipales de Toulon.

– Michèle Gorenc, La Fédération des Maisons d’Ecrivains.

– Jacques-Emmanuel Bernard, Écrire et publier dans l’Antiquité à l’époque de Cicéron.

– Olivier Bessard-Banquy (Pôle des métiers du Livre, IUT Michel de Montaigne,  Bordeaux 3), L’édition littéraire cent ans après la fondation de La NRF.

– Sabine Noël (Pôle des métiers du Livre, IUT Michel de Montaigne,  Bordeaux 3), Livres et bibliothèques dans la société numérique.

– Daniel Aranjo  (Ecritures des espaces euro-méditerranéens), La censure.

AXE LANGAGE : LANGAGE ET SÉMIOLOGIE (BILAN)

AXE CIVILISATIONS : CIVILISATIONS ET SOCIÉTÉS (BILAN)

Retour à la présentation de l’unité

Copyright © 2010-2012 Laboratoire Babel. Tous droits réservés.
Réalisé avec WordPress.