Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Justine Legrand

Justine Legrand

Justine LEGRAND

Docteur ès Lettres

Parcours

Juin 2004 : Obtention du Master Histoire et Sémiologie du texte et de l’image, mention Très Bien. Titre du mémoire de recherche : « La perversion chez André Gide », sous la direction de M. Eric MARTY. Université Paris 7 – Denis Diderot.
Mars 2011 : Obtention du grade de Docteur ès Lettres. Titre de la thèse : « Pour une nouvelle approche de la perversion dans l’œuvre d’André Gide », sous la direction de Mme Martine SAGAERT, Université du Sud Toulon-Var.
Résumé de la thèse : En invitant le lecteur à considérer son œuvre d’un point de vue avant tout esthétique, André Gide semble appeler à une nouvelle lecture de la perversion. En effet, l’auteur souhaite dépasser les considérations strictement morales et psychanalytiques visant à placer un pan de la sexualité en dehors de la norme.
Pour parvenir à rétablir un certain équilibre entre les différentes sexualités, Gide s’attache à présenter les défauts de tout ce qui est défini a priori comme étant la normale. Ainsi, la famille se retrouve mise face à ses propres travers. Le paraître auquel ont recours certains personnages de L’Immoraliste, des Caves du Vatican ou des Faux-monnayeurs permet à l’auteur de repenser le modèle que représente la famille bourgeoise. Dès lors, il semble que les principes fondateurs des notions de norme et de normale ne permettent plus de traiter certaines perversions comme de simples déviances par rapport à une norme. En jouant avec les apparences, les personnages oscillent entre le monde du spectacle et le travestissement ; et désormais nul ne peut plus se fier à ce qui est donné pour modèle de référence.
Tous ces jeux rhétoriques et esthétiques sont la porte par laquelle Gide nous invite à redéfinir la question de la perversion, et plus spécifiquement parmi toutes les perversions celle qu’est l’homosexualité. Ajoutons enfin que grâce à cette volonté de dépasser l’idée selon laquelle l’homosexuel se trouve en dehors de la normale permet à Gide de proposer une véritable réflexion sur l’homosexualité et la place de l’homosexuel dans notre société. Cette réflexion portant sur l’étude des genres est appelée : Gender studies.
Actuellement : Professeur titulaire de Français Langue Etrangère aux Cours de Civilisation Française de la Sorbonne, Paris.

Domaine(s) de recherche

Littérature française du XXème siècle, André Gide, les Gender Studies.

Publications

– Article « Travestissement et transvestisme chez Gide », paru dans le Bulletin de l’Association des Amis d’André Gide (n°152, Octobre 2006).
– Communication : « L’Immoraliste d’André Gide : l’influence du bassin méditerranéen dans la révélation de l’intime. », Doctoriades de l’USTV , 1er et 2 octobre 2009.
– « Contrainte et libertés dans L’Immoraliste d’André Gide : Michel, un héros soumis à l’impératif de liberté ? », Doctoriades de l’USTV, 7 et 8 décembre 2010.
– Communication présentée au colloque international André Gide, 10-11 mars 2011, « Réflexions sur les genres : du littéraire et au culturel dans Le Ramier ».
– Projet : communication dans le cadre du congrès de la MLA, Seattle, USA, janvier 2012, « La place de la femme dans l’œuvre d’André Gide »,

Copyright © 2010-2012 Laboratoire Babel. Tous droits réservés.
Réalisé avec WordPress.