Laboratoire BABEL

EA 2649
Langages, littératures, civilisations et sociétés

Archive de l’auteur %s babel1

Planning de l’équipe 2018-2019

Responsables de l’équipe : André-Alain MORELLO et Nicolas BALUTET

Relations avec le Centre Hospitalier Intercommunal Toulon La Seyne-sur-Mer : Martine SAGAERT

SÉMINAIRE 2018-2019

MAUX ET TRAITEMENTS

Jeudi 29 novembre 2018 à 13h (salle W1-115)

Wedencley ALVES SANTANA

(Professor adjunto, Universidade Federal de Juiz de Fora, Brésil)

Nommer le Mal. Une étude sur la désignation des maladies et de la souffrance dans la presse

Jeudi 13 décembre 2018 à 13h (salle W1-115)

André-Alain MORELLO

(Maître de Conférences en Littérature du XXème siècle, Université de Toulon)

La littérature à l’épreuve des maux : Philip Roth

Jeudi 31 janvier 2019 à 13h (salle W1-115)

Vincent CERUTTI

(Enseignant d’Histoire-Géographie, Lycée Rouvière de Toulon,

Chargé d’enseignement à l’Université de Toulon)

Assurer la « santé du peuple ».

Les maux sociaux, l’ « ennemi biologique » et leurs traitements dans les politiques de l’Allemagne nazie

Vendredi 1er mars 2019 à 13h (salle W1-115)

Karine BARTALUCCI

(Linguiste, Pôle enfance ADAPEI Var Méditerranée,

Chercheur associé Laboratoire BABEL, Université de Toulon)

Pathologie du langage et nouvelles technologies : maux et « traitements ». Le projet Comm’Handi

Jeudi 4 avril 2019 à 13h (salle W1-115)

Hanna AYADI

(Docteure en Littérature du XXème siècle, Université de Toulon)

Mots et traitement : le cas de La reine Alice de Lydia Flem

Jeudi 2 mai 2019 à 13h (salle W1-115)

Tiphaine MARTIN

(Docteure en Littérature du XXème siècle, Chercheuse Laboratoire BABEL)

Snow Therapy : guérir le couple ou se guérir du couple ?

Jeudi 13 juin 2019 de 9h à 16h (lieu à définir)

Arts, Littératures et VIH/sida : des récits au féminin

Journée d’étude organisée par Florence LHOTE (Docteure en Littérature du XXème siècle, ancienne Post-doctorante, Laboratoire BABEL) et Nicolas BALUTET (Maître de Conférences en espagnol, Université de Toulon)

Conférence « Assurer la « santé du peuple ». Les maux sociaux, « l’ennemi biologique » et leurs traitements dans les politiques de l’Allemagne nazie »

Conférence « Assurer la « santé du peuple ». Les maux sociaux, « l’ennemi biologique » et leurs traitements dans les politiques de l’Allemagne nazie » présentée par Vincent Cerutti, enseignant d’Histoire-Géographie au Lycée Rouvière de Toulon, le Jeudi 31 Janvier 2019 à 13h en salle W1.115 sur le campus de La Garde.

Colloque international sur « Les postures énonciatives autour des propositions d’Alain Rabatel »

Les travaux d’Alain Rabatel ont apporté des éclairages décisifs à l’analyse des relations entre point de vue du narrateur et point de vue du personnage dans les récits de fiction, et ont permis de penser comme un continuum le passage des discours représentés aux perceptions représentées, en montrant le lien étroit entre exception et cognition. Plus largement ils ont montré qu’on ne pouvait dissocier énonciation et référenciation, et qu’une linguistique énonciative devait intégrer dans sa réflexion la question de la donation du référent à travers le lexique, l’organisation textuelle, la rhétorique et l’interaction des points de vue. Cette approche s’est révélée extrêmement féconde dans l’approche des figures, comme l’ont montré notamment les numéros de Langue française 160 (décembre 2008) et du Français moderne (LXXIX, 1, 2011), et elle a pu être étendue à l’étude du traitement médiatique des problèmes sociaux (Rabatel 2017). Elle a permis de cerner la notion d’argumentation indirecte et de montrer comment effacement énonciatif et dimension argumentative d’un texte (qu’on opposera, avec Amossy, à la visée argumentative explicite) pouvaient avoir partie liée.

Depuis 2003, ses travaux se sont également employés à définir des stratégies énonciatives en recourant à la notion de posture énonciative et en définissant des postures de sur-, sous- et co-énonciation.

La notion de posture énonciative a été utilisée par d’autres chercheurs, aussi bien en linguistique énonciative qu’en analyse de discours ou en sciences de l’éducation, mais elle n’a pas encore été discutée collectivement. Ce colloque se propose d’en explorer les contours et d’en approfondir la compréhension, sans faire l’impasse sur les éventuels problèmes que la notion peut soulever lors de sa mise en oeuvre.

La notion sera abordée selon cinq perspectives :

  • Les relations linguistique/pragmatique dans une perspective épistémologique
  • L’inscription des postures dans la matérialité linguistique
  • Les postures énonciatives et la conflictualité sociale
  • La variabilité des postures au fil des interactions
  • Les relations entre postures, dialoguiste, et éthos

Cliquez ici pour télécharger le programme du colloque.

Les journées du Laboratoire Babel le 22 Novembre 2018 et le 7 mars 2019

Le séminaire transversal du laboratoire prend désormais la forme de deux journées visant à rassembler l’ensemble des membres du laboratoire ansi que des étudiant.e.s de Master, et des intervenant.e.s invité.e.s. Les journées auront lieu le jeudi 22 novembre 2018 et 7 mars 2019. Leur objectif sera de confronter les approches d’un même thème au regard des différentes disciplines représentées au sein du laboratoire (littérature, civilisation, histoire, linguistique, sociologie…), en particulier sous un angle épistémologique.

Toutes les conférences auront en amphi Y.002.

Programme de la journée du 22 novembre 2018

MATIN

9h45 : Accueil et café

10h : Présentation de la journée

10h10 : Michèle Monte (linguistique) – Babel, Université de Toulon – « L’approche énonciative de la poésie : évolution ou révolution ? »

10h50 : Discussion

11h10 : Wedencley Alves (histoire et linguistique) – Universidad Federal de Juiz de Fora, Brésil –« Reconfiguration de la mémoire et des archives de la santé après l’avènement du réseau : une révolution ? »

11h50 : Discussion

Buffet offert aux participant.e.s

APRES-MIDI

14h : Gérard Marie-Noumssi (sociolinguistique) – Université de Yaoundé I, Cameroun – « L’évolution du français en Afrique noire : entre norme de référence et norme endogène »

14h40 : Discussion

15h : André-Alain Morello (littérature) – Babel, Université de Toulon – « Révolte/révolution dans quelques dictionnaires consacrés à des écrivains français du XXe siècle »

15h40 : Discussion

Retrouver le programme en version PDF.

Forum « Penser avec Simone de Beauvoir aujourd’hui » à l’Université Paris Diderot du 11 au 13 octobre 2018

Lien vers le site : https://penseravecsdb.sciencesconf.org/

Programme web : https://penseravecsdb.sciencesconf.org/program

Programme pdf: https://penseravecsdb.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Inscriptions : https://penseravecsdb.sciencesconf.org/registration/index

L’inscription au colloque est ouverte ; elle est gratuite, mais impérative.

La gestion des inscriptions est faite exclusivement via le site du colloque,  sur ScienceConf, nécessitant la création d’un compte.

Aide à l’inscription : https://penseravecsdb.sciencesconf.org/resource/page/id/1

Conférence Internationale : Circulations Méditerranéennes : voies, réseaux, modèles »

Conférence internationale sur « Circulations méditerranéennes : voies, réseaux, modèles » les 15 et 16 juin 2017 au Bâtiment PI Amphi FA.010 du Campus de Toulon, Porte d’Italie.

Cette conférence est organisée par le Pôle Échanges et Sociétés en Méditerranée en partenariat avec le réseau MEDWORLDS.

Poser la question des voies et des échanges, c’est s’interroger sur les conditions – tant concrètes que mythiques – et sur les modes opératoires qui ont contribué, dans la très longue durée, à construire cet espace commun qu’on appelle mare nostrum.

C’est se demander quels usages de la Méditerranée ont pu prévaloir au cours de sa longue histoire, des voyages – périples et périégèses antiques – aux pèlerinages, au Grand Tour, jusqu’aux tropismes récents, tant touristiques que commerciaux.

C’est envisager les modèles de circulation qui ont pu coexister en Méditerranée, marqués par la coopération aussi bien que par la violence des antagonismes, et jusqu’aux réseaux mondialisés et au surdimensionnement des moyens de transport qui posent aujourd’hui la question de la survie de cette route vitale comme aire partagée. Une évolution qui périme les représentations séculaires dont témoignait encore Albert Camus en 1937, exaltant un «  bassin international traversé par tous les courants  » et qui, pourtant, peut être regardé comme «  un pays  », quand bien même, vecteur de contacts s’il en est, il prend appui sur trois continents : l’Europe, l’Afrique et l’Asie.

Cliquez ici pour obtenir le programme.