Laboratoire BABEL

EA 2649
Langages, littératures, civilisations et sociétés

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait

Présentation Équipe Corps, genre, santé

           Créée en 2017 suite à la fusion des équipes «Femmes et genre» et «SHS et médecine» et dirigée par André-Alain Morello et Nicolas Balutet, l’équipe «Corps, genre, santé» aborde la question du genre et/ou de la médecine, en privilégiant une approche résolument pluridisciplinaire, confrontant en particulier les littératures d’aires linguistiques et culturelles variées avec les différentes sciences humaines et sociales.

    Après un premier séminaire consacré aux «Sens du toucher» (2017-2018), fort de cinq interventions sur l’histoire sociale états-unienne, la poésie portugaise et le théâtre espagnol contemporains, l’œuvre de Simone de Beauvoir et les violences sexuelles dans l’espace public, le travail de l’année universitaire 2018-2019 porte désormais sur la thématique «Maux et traitements». De multiples angles d’approche sont proposés : analyse du discours (aire brésilienne) et linguistique appliquée aux nouvelles technologies, histoire de l’Allemagne nazie, littératures états-unienne et française des XXème et XXIème siècles et étude cinématographique (œuvre franco-suédoise).

      D’avril à juillet 2018, l’équipe a bénéficié de l’expertise de Florence Lhote, chercheuse post-doctorante travaillant sur le thème de l’écriture du sida au féminin. S’inscrivant dans le prolongement de l’étude pionnière d’Hélène Jaccomard, Lire le sida : témoignages au féminin (2004), ce projet postdoctoral avait pour but la constitution d’un corpus actualisé et étendu d’œuvres écrites par des femmes et la mise en lumière de méthodes d’analyse novatrices permettant d’apporter des éléments de réponses aux questions suivantes, parmi d’autres : Ces textes littéraires constituent-ils une contribution à la médecine ? Se cantonnent-ils à la sphère intime ou présentent-ils une préoccupation davantage sociopolitique ? Permettent-ils d’entrevoir une poétique du sida ? Ce travail, qui a abouti à la rédaction d’un long article prochainement publié dans Babel. Littératures plurielles et intitulé «Genre et genres : le VIH par ses récits», sera prolongé en juin 2019 par une journée d’étude consacrée à «Arts, littératures et VIH/sida : des récits au féminin».

     Depuis janvier 2019, l’équipe est également impliquée dans un projet de Recherche Action avec le Centre Hospitalier Intercommunal Toulon La Seyne-sur-Mer. Mené par Martine Sagaert et le Docteur Xavier Tchiknavorian, il entend étudier l’impact de l’activité littéraire (lecture, étude et production de textes) sur la santé, notamment en oncologie. Réintroduire la littérature comme pratique – à la fois de lecture dynamique et d’écriture – pourrait, en effet, avoir des vertus thérapeutiques et faire partie des soins de support, dans une démarche médicale globale, prenant en compte l’être humain tout entier.

babel1