Laboratoire BABEL

EA 2649
Langages, littératures, civilisations et sociétés

Var & Poésie 10

Germain Nouveau l’insaisissable

Germain Nouveau l’insaisissable, vol. 10 de la collection Var et Poésie, Université de Toulon, édition des actes du colloque tenu les 23 avril 2021 à Toulon et le 27 novembre 2021 à Aix-en-Provence, 488 p.

Sommaire

Michèle Monte : Un poète à (re)découvrir ; La vie de Germain Nouveau : errances et ancrages

Anthony Piana : « Une place à trouver »

François Proia : Villes et voyages

Guillaume Zeller : Floréal ou Germain Nouveau vu par Léonce de Larmandie

Cyrille Lhermelier : Germain Nouveau et sa famille : ruptures et fidélités ; Regards sur l’œuvre de Germain Nouveau : approches philologiques et littéraires

Jean-Philippe de Wind et Pascale Vandegeerde : Le corpus des premiers vers

Eddie Breuil : L’architecture de La Doctrine de l’amour

Antoine Piantoni : « Le plafond s’effondre en fleurs idéales » : Germain Nouveau prosateur

Daniel Bilous : « Au fond du reconnu pour trouver du Nouveau ». Parodies et détournements chez Nouveau ; Regards sur l’œuvre de Germain Nouveau : approches métriques et stylistiques

Richard Renault : Le traitement automatique de la métrique de Germain Nouveau

Alain Chevrier : Les fantaisies métriques de Germain Nouveau

Marc Dominicy : Une poétique de l’instabilité : « Le Portrait » (Valentines)

Michèle Monte : Scène énonciative et rhétorique dans La Doctrine de l’Amour : cohérence et originalité

Stéphanie Thonnerieux : Énonciation et genre poétique dans les Valentines : pertinence et impertinence lyriques ; Postérité de Germain Nouveau

Amandine Cyprès : Des Valentines aux Fantaisistes : petit itinéraire burlesque et ironique

Michèle Gorenc : Humilis, poète errant. Léon Vérane célèbre Germain Nouveau

Germain Nouveau nait à Pourrières (Var) le 31 juillet 1851. Enfant, il perd son père et sa mère, fait ses études à Aix-en-Provence puis tente sa chance comme poète à Paris où il arrive en 1872. Il noue de nombreuses amitiés dans le milieu littéraire, passe quelques mois à Londres avec Rimbaud, écrit dans des revues, mais résiste à l’idée de publier ses livres Doctrine de l’Amour puis Valentines qui ne seront connus qu’après sa mort, sous une forme parfois mutilée. À partir de 1892, après un bref internement à la suite d’une crise mystique, il adopte peu à peu une vie errante, vivant des portraits qu’il vend aux passants et d’aumônes. En 1911, il se retire à Pourrières et se consacre à l’ascèse et à la prière. Il meurt en avril 1920 dans le plus grand dénuement. Ce livre qui réunit des passionnés de Nouveau et des spécialistes de la poésie de la fin du XIXe siècle rend hommage à ce poète insaisissable et encore trop méconnu. Les quinze études qu’il contient éclairent certains aspects de sa vie et mettent en lumière l’intérêt de son œuvre multiforme, inventive, en constant renouvellement, où l’amour tour à tour mystique et charnel s’allie parfois au plus haut lyrisme et d’autres fois à un humour qui bouscule toutes les conventions.

babel1