Laboratoire BABEL

EA 2649
Langages, littératures, civilisations et sociétés

Archives de catégorie Actualités

Silvia Baron Supervielle : le pays de l’écriture

Les colloques de Cerisy : colloque avec séjour complet ou fractionné


Comité d’organisation

Renée DE CECCATY
(Direction)
écrivain

Axel Gasquet
Univ. Clermont Auvergne

Stavroula KATSIKI
Univ. Paris 8

Marc SAGAERT
Alliance Française

Martine SAGAERT
Univ. de Toulon

En présence de Silvia Baron Supervielle

En partenariat avec l’association des amis de Pontigny-Cerisy et Les Colloques de Cerisy


Se partageant entre son pays natal, l’Argentine, et Paris où elle réside, Silvia Baron Supervielle est
l’auteure d’ouvrages en français, de traductions (Borges, Cortázar, Yourcenar…) et d’autotraductions.
Ces expériences, nourries de lectures de textes et de toiles, la conduisent à interroger l’énigme que constitue le mot « langue ».

Le colloque invite à découvrir un Pays de l’écriture riche de la culture musicale
du Rio de La Plata, à explorer une œuvre dont la générosité et la liberté font poétiquement écho en nous.

Télécharger le bulletin d’inscription et le programme en version pdf

Calendrier provisoire [19/03/2024]

Jeudi 27 juin :

Après-midi : ACCUEIL DES PARTICIPANTS
Soirée : Présentation du Centre, des colloques et des participants

Vendredi 28 juin :

Matin :
René de CECCATTY, Axel GASQUET, Stavroula KATSIKI, Marc SAGAERT & Martine
SAGAERT : Introduction
Martine SAGAERT : Bibliothèque particulière, dictionnaire personnel et fulgurance d’une œuvre
José GARCIA ROMEU : Origine, langue et écriture dans Lettres à des photographies

Après-midi :
Alice PANTEL : Écrivains nomades et écriture plurilingue dans la littérature hispanique
contemporaine
Sato SONOKO : La présence d’un autre dans la poésie de Silvia Baron Supervielle
Éditer l’œuvre de Silvia Baron Supervielle, table ronde avec Silvia BARON SUPERVIELLE, René
de CECCATTY et Gérard PFISTER

Soirée : En commun avec le colloque en parallèle Faut-il brûler Voltaire ?
Film sur Silvia Baron Supervielle, en présence du réalisateur Mario Daniel VILLAGRA

Samedi 29 juin :

Matin :
Michel COLLOT : Silvia Baron Supervielle à la frontière
Lise GAUVIN : Écrire au bord des langues : les voyages inachevés de Silvia Baron Supervielle

Après-midi :
Claudine SAGAERT : Les écritures de la nostalgie
Anne-Marie FORTIER : Pliage et dépliage du temps dans la poésie de Silvia Baron Supervielle

Soirée :
En commun avec le colloque en parallèle Faut-il brûler Voltaire ?
Cabaret littéraire, textes : Silvia BARON SUPERVIELLE, direction artistique : Marc SAGAERT, flûte :
José LAZARO ÁLVAREZ PIZZORNO

Dimanche 30 juin :

Matin :
Axel GASQUET : Le creuset de l’écriture entre-deux langues : Silvia Baron Supervielle, l’exil de
l’intime comme territoire littéraire
Marc André BROUILLETTE : Écrire en perspective

Après-midi :
André-Alain MORELLO : Silvia Baron Supervielle, une autobiographie poétique
Jean-Philippe ROSSIGNOL : La peinture, la poésie : Silvia Baron Supervielle, Geneviève Asse et
Marguerite Yourcenar

Soirée :
En commun avec le colloque en parallèle Faut-il brûler Voltaire ?
Œdipe de Voltaire, lecture-spectacle mise en scène par Jean-Claude SEGUIN, par le Théâtre du Loup
Blanc, avec Marie GRUDZINSKI (Jocaste), Vincent DOMENACH (Œdipe) et Antoine HERBEZ
(Philoctète)

Lundi 1er juillet :

Matin :
Stavroula KATSIKI : « Ma langue dans son chant » : Silvia Baron Supervielle, traductrice d’autres voix
Maria Alejandra ORIAS VARGAS : Silvia Baron Supervielle : une langue de l’abstraction

Après-midi : DÉTENTE

Mardi 2 juillet :

Matin :
Aline BERGÉ : Un timbre décolonial, à la croisée des cultures
René de CECCATTY : Silvia Baron Supervielle, lectrice de soi et des autres

Après-midi :
Marc SAGAERT : Les intermittences du corps
Alain MASCAROU : Approches du sublime à travers Le Livre du Retour
Francisco ALVEZ FRANCESE : Sur la désorientation : langue et paysage chez Silvia Baron Supervielle
et Jules Supervielle

Soirée :
En commun avec le colloque en parallèle Faut-il brûler Voltaire ?
Si j’osais mon petit cœur, pièce de Yoland SIMON présentée par la Compagnie Aello (Cherbourg-enCotentin), mise en scène de Michel Beurton et Véronique Lucas, avec Alain BENOIST, Serge RITTER
et Nathalie TROCHU, suivie d’une lecture d’extraits des Incertitudes de Sophie et de N’en déplaise à
Voltaire par les participants du colloque

Mercredi 3 juillet :

Matin :
Peter SCHULMAN : Pages de voyage, voyages de pages : périples au fond de soi dans la poésie de
Silvia Baron Supervielle
Traduction et autotraduction, table ronde avec Silvia BARON SUPERVIELLE, René de CECCATTY
et Jesús David CURBELO (Se traduire et traduire)

Après-midi : DÉPARTS

Participation aux frais

  • Arrhes d’engagement : 150 € (étudiant de moins de 30 ans : 75 €)
  • Séjour complet (6 jours) : 720 € (Étudiant de moins de 30 ans : 360 €)
  • Séjour fractionné : 150 € par jour (Étudiant de moins de 30 ans : 75 € par jour)

L’association des Amis de Pontigny-Cerisy est un organisme déclaré au titre de la Formation professionnelle continue,
enregistré sous le numéro : 25 50 00326 50

16ème Journée Scientifique de l’UTLN

La fiction au cœur du dispositif numérique : qu’en est-il de sa valeur esthétique ?


Comité d’Organisation

Alessandro LEIDUAN
Université de Toulon

Valeria DE LUCA
Université de Limoges

Celine MASONI
Université Côte d’Azur


Dans le cadre de « la 16e Journée Scientifique de l’Université », organisée par l’Université de Toulon, l’équipe Textes et Livres du laboratoire Babel propose le colloque : La fiction au coeur du dispositif numérique : qu’en est-il de sa valeur esthétique ?

Télécharger le programme du colloque

L’enjeu du colloque est de mettre à l’épreuve la capacité des manifestations fictionnelles de l’ère numérique à satisfaire les conditions de recevabilité esthétique qui sont inscrites dans les catégories à travers lesquelles l’Occident a traditionnellement pensé, évalué et décrit les produits de l’art (Talon Hugon 2014). L’étude des manifestations fictionnelles de l’ère numérique ne saurait en effet se borner à décrire les modalités à travers lesquelles celles-ci actualisent les potentialités expressives inscrites dans la technologie numérique. La conceptualisation de la « transition numérique » dans le domaine de l’imaginaire artistique doit également se poser la question de savoir si les nouvelles formes d’expressivité artistiques satisfont aux conditions esthétiques qui présidaient à la consécration des fictions traditionnelles (sous peine de ne pas pouvoir appliquer à leur phénoménologie l’appellation de « fiction »).

La mise au banc d’essai esthétique des fictions numériques se heurte cependant à l’absence d’un cadre conceptuel suffisamment consensuel pour permettre l’inscription des genres imaginaires émergents dans des grilles de classification et d’évaluation partagées. De quel caractère opératoire peut-on encore créditer en effet la notion de fiction dans un contexte de panfictionnalisme exacerbé (Lavocat 2016) ? Quelle est la pertinence sémantique résiduelle d’une catégorie qui s’applique désormais, indistinctement et sans aucune restriction, aux pratiques culturelles les plus disparates ? Des jeux d’échecs (Caïra 2011), aux tarots divinatoires (Murzilli 2023), des canulars et hoaxes (Gattolin et Pessar 2011), aux entités mathématiques (Raymond 2021) ? Quelle est la part de l’esthétique dans cette déliquescence sémantique (et partant, opératoire) de la notion de fiction ? S’il est vrai, Schaeffer docet (1999), que la « fonction immanente » de la fiction est d’ordre esthétique, le processus qui a rendu actuellement inopérante, tant sur le plan descriptif qu’évaluatif, la notion de fiction ne puise-il pas ses racines dans l’histoire de la discipline esthétique ? N’est-il pas un effet du relativisme subjectiviste (Genette 1997, Schaeffer 1992 et 1996) méthodiquement théorisé vers la fin du XXe siècle par des chercheurs peut-être trop empressés de rompre avec la tradition pour s’apercevoir qu’ils allaient créer les conditions (sans doute involontairement) d’une inféodation durable de la vie artistique et esthétique de la société aux finalités de l’industrie capitaliste ? L’une des grandes faiblesses de l’esthétique relativiste est, en effet, de n’avoir rien à opposer aux arbitrages des « instances d’homologation publique » des œuvres d’art (autrefois les cénacles d’artistes, les connaisseurs ou les critiques, aujourd’hui le marché restructuré par le progrès technologique) sélectionnant et reconfigurant périodiquement la nature des « objets » éligibles à l’appréciation esthétique. Narration vidéo-ludique (Fulco 2002, Ringot 2020), récit interactif (Bouchardon 2005), récit variable (Lipsyc 2009), fiction hypermédiatique (Bourassa 2010), jeux narratifs et fictions ludiques (Ryan 2013), récit évolutif (Marti 2014), que peut encore dire (ou objecter) l’esthétique (relativiste) face à ces nouvelles formes de fiction numérique ? Par quels paramètres peut-elle encore priser leur valeur ? « Dès lors que tout choix est considéré comme arbitraire et subjectif, aucune critique d’un choix excessivement arbitraire n’est possible » (Rochlitz 1998 : 47). Si elle veut avoir un avenir, si elle ne veut pas servir de caution philosophique à la mainmise de la technologie numérique et de l’économie capitaliste sur l’imaginaire social, l’esthétique se doit alors de rompre avec le relativisme ambiant en restaurant, par voie « rationnelle » (Rochlitz 1998), les « filtres » qui rendaient autrefois possible une exposition sélective et pondérée de la société aux genres qui irriguent sa vie imaginaire. Le recours aux nouvelles technologies ne doit pas servir de cache-misère à des contre-performances artistiques, l’actualisation des potentialités expressives du numérique n’est pas, en soi, suffisant à compenser les carences d’une écriture imaginaire incapable de s’élever au niveau de recevabilité inscrit dans les concepts à l’aide desquels la culture a traditionnellement décrit, pensé et apprécié les produits de l’art.

Nous invitons les participants à ce colloque à désaligner leur perspective du panfictionnalisme et du relativisme esthétique aujourd’hui dominants (ou sinon à justifier leur décision de se rallier à ces positions hégémoniques) en abordant l’étude des nouvelles formes de scripturalité numériques à caractère fictionnel afin de déterminer leur nature générique (s’agit-il vraiment de fictions ? n’a-t-on pas plutôt affaire à des jeux ? peut-on faire l’amalgame entre ces deux pratiques culturelles ?) et d’en apprécier la valeur eu égard aux critères de conditionnalité esthétiques incorporés dans la notion « trans-historique » de fiction.

Les contributions pourront s’inscrire dans deux axes thématiques :

  • celui de l’esthétique, afin d’ouvrir des perspectives de recherche (d’ordre « critique », « historique », « métaphysique ») non alignées sur le relativisme aujourd’hui hégémonique ; 
  • celui de l’analyse des nouvelles créations numériques à caractère fictionnel, moins pour inventorier sur un ton émerveillé leurs fonctionnalités technologiques que pour les mettre à l’épreuve des paramètres esthétiques qui sous-tendent la catégorie culturelle de fiction.

Qu’est ce que « la Journée Scientifique de l’Université » ?

Durant la journée, six manifestations permettront de couvrir un large spectre des champs disciplinaires proposés à l’Université, regroupées autour de son axe identitaire Sociétés Méditerranéennes et Sciences de la Mer, et de ses trois pôles thématiques : Échanges et Sociétés en Méditerranée (ESMED), Mer, Environnement et Développement Durable (MEDD) et Information, Numérique, Prévention, Santé (INPS). Elles réuniront des intervenants, venus de la France entière et de l’international.

Les Journées Scientifiques de l’Université de Toulon poursuivent depuis leur origine en 2006, deux objectifs : rendre visible et lisible la recherche transdisciplinaire de l’Université de Toulon, et favoriser les échanges entre chercheurs, étudiants et acteurs socio-économiques.

Elles favorisent la reconnaissance de la qualité de notre enseignement académique, de l’insertion socioprofessionnelle de nos usagers et le développement des coopérations entre industriels et chercheurs de notre région et internationaux.

Elles sont réalisées avec le concours de la Métropole Toulon-Provence-Méditerranée, du département du Var et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Pour plus d’informations sur les différents colloques proposés et leurs programmes, cliquez ici

La Guyane française, une société multiculturelle

Pour accéder au texte de cadrage, cliquez ici

Articles à paraitre dans la revue Babel Civilisation et Sociétés au 4ème trimestre 2024.

Les propositions d’articles, d’un maximum de 300 mots, sont à envoyer jusqu’au 18 mai 2024 au plus tard.

Natacha Ordioni : natacha.ordioni@gmail.com

Gilles Leydier : gilles.leydier@free.fr

Cette publication vise à croiser différentes méthodes et angles d’analyse en vue de développer une approche multidisciplinaire qui questionne les enjeux socio-économiques, politiques et identitaires qui traversent la société guyanaise.

BERCQ Axel

Doctorant contractuel


Contact

Mail : axel-bercq@etud.univ-tln.fr

Thèse

Factionnalisme et jeux d’influence au sein du parti conservateur britannique dans la période
pré et post Brexit
.

Domaines de recherche

Parti Conservateur britannique

Politique britannique contemporaine

Brexit

Factionnalisme

Parcours

Contrat doctoral, Université de Toulon (depuis 2023)

Master Etudes Politiques Internationales : Monde Anglophone avec mention Très Bien, Université de Toulon (2021-2023)

Licence LLCER Anglais avec mention Bien, Université de Tours (2018-2021)

Séminaire « Retours/Détours » de l’équipe Textes et livres

L’Apocalypse en français au Moyen Âge : retours textuels, détours intertextuels.

Mercredi 24 MAI 2023 À 16H00

Salle W1.115Campus de La Garde


Coordinatrice

Youssef FERDJANI

Hélène AVERSENG

helene.averseng@univ-tln.fr

Conférencier

LP

Louis-Patrick BERGOT

Université de Strasbourg


Cette conférence inaugurera le nouveau séminaire « Retours/Détours » de l’équipe Textes et livres du laboratoire BABEL.

Louis-Patrick Bergot, spécialiste de la réception de l’Apocalypse dans la littérature médiévale, y abordera les différentes traductions françaises de l’Apocalypse du XIIIe au XVe siècle, textes et images à l’appui, puis se penchera sur l’utilisation intertextuelle de l’Apocalypse, dans un corpus divers : La Somme le roi, Le Roman de la Rose, Les Sept Articles de la foi…

Présentation de l’ouvrage : « La politique au Royaume-Uni »

vendredi 31 mars 2023 à 10h – séance à distance uniquement

Pauline Schapper (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) pour la présentation de l’ouvrage : La politique au Royaume-Uni, Collection Repères Science Politique Droit, Paris: La Découverte.

Evénement organisé par l’équipe Monde anglophone contemporain du Laboratoire Babel.

Coordinatrice : Karine TOURNIER-SOL

Contact : karine.tournier-sol@univ-tln.fr

Consultez la page suivante ICI pour obtenir le lien Teams permettant d’assister à la présentation.

Roberto Saviano ou le problème de l’intellectuel dans l’ère de la transmédialité

Pour accéder au texte de cadrage, cliquez ici

Ce journée d’études est organisée par l’équipe Textes & livres du laboratoire BABEL (UR 2649).

Propositions de communications, en français, à adresser avant le 29 juin 2023, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique.

Alessandro Leiduan : alessandro.leiduan@univ-tln.fr

La journée d’études se tiendra à Toulon le vendredi 17 novembre 2023.

Le Royaume-Uni de Boris Johnson à Rishi Sunak : crises en série

Pour accéder au texte de cadrage, cliquez ici

Propositions de communications, en français ou en anglais, à adresser au plus tard le 31 mars 2023

Gilles Leydier : gilles.leydier@free.fr

KarineTournier-Sol : ksol@wanadoo.fr

Ce colloque international est organisé par l’équipe Monde Anglophone Contemporain du laboratoire BABEL (UR 2649)/Observatoire de la société britannique.

Il se tiendra à l’Université de Toulon les 15 & 16 Juin 2023.

Une sélection des communications sera publiée dans un prochain numéro de la revue l’Observatoire de la société britannique, à paraitre fin 2023.

Séminaire de l’équipe Écriture des espaces euro-méditerranéens : FRONTIÈRE(S)

MARDI 28 MARS 2023 À 17H00

Salle W1.115, Campus de La Garde


Coordinateur

Youssef FERDJANI

Youssef FERDJANI

youssef.ferdjani@univ-tln.fr

Conférencière

LP

Liliana POP

Université Babeş-Bolyai, Cluj-Napoca


Lord Byron, le cosmopolite

Fait universellement reconnu, Lord Byron a créé un nouveau type de héros romantique. Parmi les nombreuses facettes de cette rénovation, un aspect nous retiendra plus particulièrement, qui concerne le parcours européen du héros, largement confondu avec celui de l’auteur : un parcours éminemment méditerranéen.